Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Kathy et Marie-Claire Côté, gérante et propriétaire de l’animalerie le Museau d’or.
Kathy et Marie-Claire Côté, gérante et propriétaire de l’animalerie le Museau d’or.

Le Museau d'or ferme cet été

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Le Museau d’or ferme cet été

L’animalerie le Museau d’or fermera ses portes cet été et ce n’est pas pour une question financière que cette décision a été prise, selon la direction.

Le commerce ouvert sur la rue Plouffe à Trois-Rivières en 2004 met fin à ses activités, car la bâtisse où il est locataire sera vendue pour démolition.

«Les affaires vont merveilleusement bien. Les gens ont acheté des animaux cette année, on fait de plus en plus de profits. Mais on s’est dit que si on déménageait, c’était comme repartir à zéro. Ce n’est pas tout le monde qui prend les informations pour savoir où tu es rendu. Donc, déménager pour avoir 40 % de clients qui vont suivre... Non. Et vendre un commerce en temps de pandémie n’est pas l’idéal. La meilleure décision est de fermer», commente la gérante de l’entreprise familiale, Kathy Côté, qui dit avoir appris la semaine dernière que le Museau d’or doit quitter son local pour le 15 juillet.

L’entreprise compte sur la qualité de son service et sur le bouche-à-oreille pour attirer des clients, une recette qui a fait son succès depuis son lancement. Elle assure que le service sera le même jusqu’à la fin, soit vers la mi-juillet : le commerce vient tout juste d’amorcer une vente de liquidation.

«Il faut liquider l’inventaire, mais aussi, la caisse, le téléphone, etc. Et on va maintenir notre rigueur jusqu’à la fin», assure Mme Côté.

Quatre personnes travaillent au Museau d’or. Toute l’équipe sera sur place jusqu’à la fermeture définitive qui met également fin à la Grande collecte pour animaux. Mise sur pied en 2017 par Kathy Côté, cette initiative existait grâce aux dons de la population qui étaient redistribués aux gens en situation de pauvreté de la région.