Pierre-Louis Paquin et Marie-Joëlle Beaudoin ont lancé leur entreprise, «Mon histoire biographies», à la Place Biermans jeudi soir.

Le Moi inc. fait des petits

SHAWINIGAN — Étant donné que les réseaux sociaux démontrent depuis quelques années que tout est devenu digne d’intérêt, Pierre-Louis Paquin et Marie-Joëlle Beaudoin ont trouvé un filon à exploiter pour lancer leur projet d’entreprise. Ainsi, «Mon histoire biographies» dévoilera le récit de gens qui veulent laisser une trace de leur vécu qui, autrement, sombrerait dans l’indifférence.

Fébrile, le couple lançait son projet à la salle de réception de la Place Biermans de Shawinigan jeudi soir, devant une cinquantaine de parents et amis. Les quatre premières œuvres ont été présentées, sous forme de livres électroniques. M. Paquin, agent de migration au programme Place aux jeunes du Carrefour jeunesse emploi de Shawinigan, agit en tant qu’auteur dans ce projet alors que Mme Beaudoin, directrice artistique, plonge dans cette aventure à temps plein.

Le jeune homme confie qu’il s’est inspiré des écrivains publics en France, dont la palette de services comprend notamment la rédaction de biographies ou de témoignages pour le commun des mortels. L’idée a commencé à germer au début 2018 et les événements se sont précipités. Aspiré par la fibre entrepreneuriale de Shawinigan, le couple a décidé de foncer tête première dans l’aventure.

«Ça s’est fait comme on est, de façon spontanée et passionnée», résume Mme Beaudoin.

«Ce n’est pas vrai qu’il n’y a que les vedettes qui ont des histoires à raconter», fait remarquer M. Paquin. «L’histoire de ma mère est un bel exemple; c’est une histoire exceptionnelle!»

En fait, le recueil Mon plus grand poète, c’est toi a constitué la bougie d’allumage du projet. M. Paquin y raconte les débuts tumultueux de l’histoire d’amour qui a uni son père et sa mère.

«C’était important de faire mes parents en premier», confie l’auteur. «Je me serais trouvé complètement stupide de passer à côté d’eux, de me réveiller après dix ou vingt ans en réalisant que j’ai écrit la belle histoire de plein de personnes, mais pas celle de mes parents!»

Le couple a enchaîné avec La sentinelle du 911, qui raconte le quart de travail particulier d’une policière, la sœur de Mme Beaudoin. Le bébé secret, un livre d’inspiration manga, parle des aventures d’une jeune fille qui affronte une série d’épreuves. Enfin, Le marin d’Azur raconte l’histoire d’un vieux voilier qui rencontre le marin de sa vie!

«Chaque personne a des centaines d’histoires à raconter», souligne la directrice artistique. «Chaque personne est unique et c’est ce qui est agréable dans ce projet.»

Le récit peut évidemment prendre diverses formes. Un court roman, des nouvelles, tout est permis.

«C’est une œuvre d’art», explique Mme Beaudoin. «On part avec un canevas et on peint au fur et à mesure. Si vous voulez une demi-page pour parler de votre entreprise, on peut le faire. Si vous voulez 50 pages pour parler de vos grands-parents, on peut le faire aussi. On s’assoit avec la personne et on lui demande ce qu’elle a envie qu’on raconte.»

«Le client est le producteur», illustre son conjoint. «Personne ne connaît plus sa vie que celle qui nous la livre.»

Dans l’air du temps

Outre le concept français, Mme Beaudoin confie que la société d’aujourd’hui lui fait croire que «Mon histoire biographies» représente une avenue prometteuse.

«Nous sommes dans l’ère du Moi inc.», observe-t-elle. «L’ère de Facebook, d’Instagram, de Twitter, de prendre en photo son grilled cheese... Les gens ont besoin de s’exprimer et de s’exposer. Tout le monde fait partie de ça. Moi-même, je mets à jour mon Instagram à tous les jours.»

«Quand nous avons lancé l’idée, les réponses venaient de partout», ajoute-t-elle. «Des gens nous confiaient que ça faisait longtemps qu’ils voulaient raconter leur histoire, sans savoir comment faire. Les gens ont des choses à raconter et nous, on leur offre une vitrine.»

Le couple demeure à l’écoute de n’importe quel récit, mais M. Paquin aimerait exploiter plus particulièrement l’histoire des entreprises, de leur conception à leur transmission d’une génération à l’autre, en passant par leur transformation au fil des années.

«Ça peut être beaucoup plus beau que la section À propos qui existe sur les sites Internet!», rigole l’auteur.

Le couple ne limitera pas nécessairement la publication de ses œuvres à ses clients.

D’ailleurs, une bibliothèque virtuelle accompagne la création de ce projet et elle peut être consultée sans frais. Elle comprendra les récits que les clients voudront bien partager. La publication de livres en papier fait également partie de l’offre de services.