Martin Leblanc est dirigeant-propriétaire de Royal LePage Mauricie.
Martin Leblanc est dirigeant-propriétaire de Royal LePage Mauricie.

Le marché immobilier va bien à Trois-Rivières, selon Royal LePage

La fin de l’année 2019 a été marquée par une forte demande immobilière à Trois-Rivières, selon Royal LePage, et ce, malgré une hausse modeste des prix. L’immobilier résidentiel dans la région est stimulé par la reprise de l’activité industrielle et une baisse de l’inventaire. L’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage publiée ce jeudi indique qu’au quatrième trimestre de 2019, le prix des propriétés a augmenté de 0,9 %, par rapport à la même période en 2018, hissant le prix de l’agrégat à 194 564 $.

Bien que les prix démontrent une très légère hausse, l’année 2019 se termine avec une forte activité sur le marché immobilier de Trois-Rivières.

«La demande est restée très soutenue en ce début d’hiver avec des délais de vente qui continuent de raccourcir et des inscriptions à la baisse, ce qui confirme que l’inventaire commence à s’amenuiser», constate Martin Leblanc, dirigeant-propriétaire, Royal LePage Mauricie.

Au chapitre des ventes, Trois-Rivières a connu un excellent trimestre, avec une hausse de 34,4 % des ventes de propriétés dans la région par rapport au quatrième trimestre 2018.

«C’est vraiment très bon et c’est dynamique. À titre d’exemple, j’avais une propriété à vendre et en trois jours, j’ai eu 25 visites. […] Pour ce qui est du marché d’acheteur versus vendeur ou encore un marché équilibré, ça dépend des secteurs de la ville et aussi du type de propriété», souligne M. Leblanc.

«Il y a des maisons qui sortent du lot. Quand elle est super belle et bien rénovée, les gens se jettent dessus. Il y a même de la surenchère à certaines reprises. Est-ce que c’est une tendance? C’est difficile à dire», ajoute-t-il.

Martin Leblanc soupçonne que le règlement de l’important conflit de travail entourant l’aluminerie de Bécancour y est pour quelque chose.

«Il y a beaucoup de projets qui bougent dans la ville! L’économie va bien et le fait que le conflit soit réglé, ça donne un bon signal. […] C’est difficile de dire qu’il y a un impact direct, mais on pense que oui. Quand le conflit a commencé, on a vu une baisse généralisée de 10 à 12 % par mois. Là, ça recommence. C’est difficile de faire une corrélation entre un événement et un autre, mais la diminution a commencé au début du lock-out et là, ça remonte quand c’est fini. C’est une hypothèse qu’on lance», note M. Leblanc.

Pour ce dernier, la reprise des activités de l’ABI envoie des signaux très positifs pour l’économie trifluvienne et le marché immobilier.

«Nous attendions une résolution depuis longtemps et il est évident que le retour des employés redonnera confiance aux travailleurs dans la région. Le retour de centaines de travailleurs sur le marché du travail devrait dynamiser le marché immobilier en 2020 et favoriser la stabilité de l’économie», estime M. Leblanc.

On souligne également que l’année 2019 a été une année record pour l’implantation de commerces et d’entreprises dans le centre-ville trifluvien, récoltant les fruits des programmes de revitalisation mis en place depuis trois ans par la ville et par Innovation et Développement économique Trois-Rivières (IDE). Au total, ce sont plus d’une trentaine d’entreprises qui s’y sont implantées en 2019.

Dans l’ensemble du pays, le prix de l’agrégat des propriétés au Canada a augmenté de 2,2 % pour atteindre 648 544 $ au quatrième trimestre de 2019. De manière similaire au troisième trimestre, les acheteurs potentiels continuent de revenir sur le marché immobilier.

Prévisions pour le prochain trimestre

Si l’on se projette au premier trimestre de l’année 2020, l’immobilier résidentiel de Trois-Rivières devrait se caractériser par un marché de l’emploi robuste.

«Les derniers mois de 2019 sont demeurés très actifs sur le marché de la revente, ce qui laisse présager un très bon début d’année», souligne Martin Leblanc.

«Alors, si la tendance se maintient ça devrait bien aller! L’économie tourne bien», ajoute-t-il.