Le maire de La Bostonnais, Michel Sylvain, le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay et le maire de Lac-Édouard, Larry Bernier étaient les invités de la CCIHSM. Ils sont entourés de la directrice générale, Karine Rochette et de la présidente, Mélanie Ricard.

Le maire de La Tuque dresse son bilan

LA TUQUE — Pierre-David Tremblay a fait le bilan de ses 13 premiers mois à la mairie de La Tuque. Le maire s’est adressé pendant plus d’une heure et demie aux membres de la Chambre de commerce et d’industrie du Haut Saint-Maurice, mercredi. Il a dressé un portrait de ce qui a été accompli, des projets sur la table et sur ce qui s’en vient pour sa municipalité. Il a également dévoilé en primeur que l’augmentation du taux de taxation serait près du coût de la vie pour 2019.

«On a été capable de ne pas mettre une cenne de plus sur la dette. Ça aussi c’est important. Cette année, le coût de la vie c’est 1,7 %, on va être en bas de ça. Je vous invite au budget la semaine prochaine», a lancé M. Tremblay.

C’est d’abord vêtu d’un vêtement africain que le maire de La Tuque s’est présenté dans la salle pour parler d’immigration.

«Je voulais faire un clin d’œil à l’immigration. Il faut y penser. […] On est ouvert à l’immigration et à la culture dans toutes ses facettes.»

Pierre-David Tremblay s’est inspiré d’une caricature publiée dans Le Nouvelliste pour lancer son long discours.

«Qui ne vaut pas une risée ne vaut pas grand-chose. […] Je trouve qu’elle représente bien notre année. Allo l’gouvernement allo», a-t-il lancé.

Le maire Tremblay a mentionné son combat pour la téléphonie cellulaire et internet en région tout en soulignant que le dossier avançait. Il a parlé de l’argent qui «rentre tranquillement», des embûches rencontrées sur le terrain et de l’ajout du CN dans les partenaires.

«On vient d’apprendre, il y a quelques semaines, que le CN va nous permettre de passer plusieurs kilomètres de fils enfouis. C’est fabuleux […] On peut enfin dire mission accomplie. Les travaux sont à l’ingénierie. On va voir déjà au printemps la construction des tours et le déploiement de la fibre optique.»

Il a également été question du projet de minicentrale Manouane Sipi. D’ailleurs le maire Tremblay ne s’est pas gêné pour passer ses messages à la députée caquiste Marie-Louise Tardif.

«Ça c’est un beau projet. Il ne faut pas que le gouvernement nous lâche, Mme Tardif. On veut tabler sur ce projet-là»

Le maire de La Tuque n’a pas manqué de parler de restriction budgétaire et de restructuration. Il a fait savoir que la Ville allait avoir un petit surplus en 2018.

«On va finir par arrêter de se plaindre, il faut passer à l’action. […] Il faut maintenir le cap.»

Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, a enfilé une djellaba pour commencer son discours.

Une autre de ses préoccupations est de trouver des solutions autres que la taxation pour remplir les coffres. Il a parlé du mémoire sur le soutien financier accordé à l’agglomération de La Tuque qui sera déposé au nouveau gouvernement. Il veut aussi augmenter les redevances.

«Les ressources sortent, le gouvernement ne ramène pas l’argent dans nos régions. Il va falloir qu’il le ramène. Il y a sept barrages, je ne touche pratiquement pas une cenne de ça», insiste-t-il.

De plus, il a effleuré le dossier de gazoduc en répétant qu’il était favorable, mais que ça ne passerait pas sans redevances.

Le point de TVQ était également au cœur du discours du maire qui «souhaite que ça nous aide».

«C’est un des prochains combats. Comment va se faire la répartition de ça? Est-ce qu’on va mettre fin à des programmes à cause de ça? Est-ce que c’est quatre trente sous pour une piasse? J’aimerais ça qu’on fasse 1,25 $ pour une fois et que ça nous aide.»

Le maire a aussi parlé des dossiers concernant les ambulanciers, les premiers répondants, les services du CIUSSS MCQ, Hydro-Québec, la bioraffinerie... Le plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) était également au programme. Il a souligné vouloir être autonome.

«C’est 10 % de mon budget et ça augmente de 30 % par année. C’est une taxe directe. Ça paraît dans vos poches», a lancé M. Tremblay.

«On va y aller par étape, on veut mobiliser la population parce que ça va permettre des économies. […] On va travailler dans un premier temps à acquérir un vrai centre de tri, déjà là, ça va faire du bien», a-t-il ajouté.

Pierre-David Tremblay a également fait état de la relation de collaboration qui existe avec la communauté atikamekw sur le territoire.

«On est des exemples à quelque part et on n’a pas à rougir», a-t-il lancé.

Le maire a d’ailleurs insisté sur le mot «ensemble» tout au long de son discours.

«Le lien qu’il y avait entre les 40 pages de PowerPoint et mon discours, c’est de travailler ensemble. Il ne faut pas travailler en silo».

Les maires de Lac-Édouard et de La Bostonnais ont également pris une dizaine de minutes devant la centaine de personnes présentes.