Yves Perron est le député bloquiste de Berthier-Maskinongé.

Le gouvernement doit intervenir, plaide le Bloc

Louiseville — Le Bloc québécois demande au gouvernement Trudeau d’intervenir afin de dénouer l’impasse dans laquelle l’organisme Maskicom se trouve dans son projet de déployer la fibre optique sur son territoire.

Il y a un peu plus d’une semaine, les dirigeants de Maskicom dénonçaient ce qu’ils qualifient d’obstruction manifestée par Bell Canada pour l’émission de permis nécessaires à la location d’espaces physiques sur les poteaux d’Hydro-Québec. Maskicom a besoin de ces autorisations pour installer le câblage de son réseau.

Cette sortie publique de Maskicom reçoit l’appui du Bloc québécois. Yves Perron, député bloquiste de Berthier-Maskinongé, et Martin Champoux, porte-parole en matière de communications pour le Bloc québécois, s’adressent maintenant au gouvernement canadien afin que le dossier bouge.

«On a rencontré les gens de Maskicom hier matin (lundi) et si tout ce qu’ils reprochent à Bell est vrai, ça prend une intervention du gouvernement», estime Yves Perron, accompagné pour l’occasion du député de Drummond et porte-parole du Bloc québécois en matière de communications, Martin Champoux.

«Pendant des années, ces compagnies ne voulaient pas couvrir ces territoires, mais là, le territoire s’organise et les compagnies se rendent compte que des secteurs seraient rentables. Je ne veux pas porter d’accusation gratuite, mais les allégations qu’on entend ne sont pas drôles. Il faut éclaircir tout ça et agir. C’est un organisme à but non lucratif qui va redistribuer ses profits dans les municipalités. C’est un super beau modèle. Maskicom va couvrir tout le monde. L’objectif est que tous les citoyens aient accès à internet haute vitesse», ajoute le député de Berthier-Maskinongé.

Selon lui, l’accès à ce service en 2019 est loin d’être un luxe. Au sein d’un territoire comme celui de Berthier-Maskinongé, l’internet haute vitesse est un service qui servira à développer les entreprises, à attirer et à retenir les nouveaux arrivants et à soutenir le secteur agricole.

«Je suis fier de nos élus qui ont développé un beau modèle. Il faut que ça marche», insiste le député de Berthier-Maskinongé.

«Les arguments de Bell ne tiennent pas la route. Il semble que l’entreprise ralentit intentionnellement le déploiement du réseau le temps de voir si par hasard il n’y aurait pas pour eux des opportunités d’affaires. En agissant de la sorte, elle compromet l’avancement du branchement des citoyens et gaspille littéralement les fonds publics», mentionne M. Champoux par voie de communiqué.