Michel Angers, maire de Shawinigan et président du Digihub, Philippe Nadeau, directeur général du Digihub, Alex Benay, directeur de l’information pour le gouvernement du Canada, Patrick Borbay, président de la Commission de la fonction publique du Canada, ainsi que le ministre et député Francois-Philippe Champagne.

Le fédéral s’associe au Digihub

Shawinigan — Le gouvernement canadien s’associe au Digihub de Shawinigan afin de mener à bien deux appels d’offres qui viseront à améliorer les services aux Canadiens. À l’intérieur d’un processus d’approvisionnement simplifié, le Digihub deviendra, en mars, la plaque tournante de ce processus en accueillant des entreprises canadiennes qui auront été retenues comme finalistes pour obtenir les contrats avec le gouvernement fédéral.

Ottawa cherche d’abord à améliorer l’accessibilité des documents publics par le biais d’Internet à tous les Canadiens. «On le fait pour des raisons démocratiques évidemment, mais aussi de développement économique et d’innovation. Certaines de nos données peuvent être utilisées par des compagnies. On veut relancer le plus de données et d’information possible au grand public pour qu’ils puissent en faire l’utilisation, que ce soit pour de la recherche du lancement d’entreprise, etc», résume Alex Benay, directeur de l’information pour le gouvernement du Canada.

D’un autre côté, on cherche aussi à améliorer le processus de recrutement du personnel de la fonction publique du Canada, notamment en favorisant l’intégration des personnes handicapées, qui demeurent encore sous-représentées au sein de la fonction publique par rapport à leur disponibilité dans la population active. «On veut aller chercher les meilleurs talents d’un bout à l’autre du pays. Avec les systèmes qu’on a présentement, ça rencontre un standard minimum au niveau de l’accessibilité. On veut arriver avec une solution qui va dépasser les normes et dépasser les standards au niveau de l’accessibilité. On veut s’assurer que ce sera égal pour tous les Canadiens», ajoute Patrick Borbey, président de la Commission de la fonction publique. 

Pour régler ces deux problèmes, le gouvernement lance donc deux appels d’offres auprès des entreprises canadiennes spécialisées en nouvelles technologies, et plus particulièrement auprès des PME et Startups canadiennes, ce qui rendait la participation d’une entreprise comme le Digihub toute naturelle, estime Alex Benay. «Le rôle du Digihub c’est d’être une trampoline ici pour les industries locales et régionales, et le rôle de tous les incubateurs à travers le pays est similaire. Le Digihub a des relations avec des compagnies, crée des compagnies et souvent ils ne savent pas nécessairement comment faire affaire avec un grand joueur comme le gouvernement fédéral. Ça devient un bel intermédiaire, une institution comme le Digihub en région pour être capable d’avoir un dialogue avec une grosse institution comme la nôtre, au fédéral», mentionne-t-il.

Ainsi, à la fin du mois de mars, les entreprises qui auront répondu à l’un ou l’autre des deux appels d’offres et qui auront été retenues comme finalistes se rendront à Shawinigan pour le processus final de sélection, qui comprendra une rencontre, une présentation, et l’attribution le jour-même du contrat. Ce concours permettra du même coup aux deux entreprises sélectionnées de se partager une bourse de près de 500 000 $.

Par cette façon de faire, le gouvernement canadien souhaite également simplifier les processus d’octroi de contrats en allégeant le fardeau pour les petites entreprises, ajoute Alex Benay.

Pour sa part, le ministre et député de Saint-Maurice/Champlain François-Philippe Champagne, s’est dit enchanté de cette annonce faite à Shawinigan. Pour lui, cette nouvelle façon de faire simplifie les processus pour les PME, en plus de favoriser l’attraction des talents en région. «On veut amener les meilleures technologies et les meilleures façons de faire au service des Canadiens, et Shawinigan aura son rôle à jouer là-dedans», constate M. Champagne.