L’entreprise Menthes Rito, de Trois-Rivières, devrait bénéficier de 500 000 $ dans le cadre de cette initiative du gouvernement fédéral.
L’entreprise Menthes Rito, de Trois-Rivières, devrait bénéficier de 500 000 $ dans le cadre de cette initiative du gouvernement fédéral.

Le fédéral accorde 600 000 $ au secteur agroalimentaire mauricien

Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le gouvernement fédéral consacre 10,5 M$ à des projets destinés à renforcer la chaîne d’approvisionnement alimentaire du Québec, dont 600 000 $ seront injectés au sein de trois entreprises de la Mauricie.

Ce montant sera partagé entre la distillerie Mariana, de Louiseville, qui profitera de 64 500 $, l’entreprise Menthes Rito, de Trois-Rivières, qui devrait bénéficier de 500 000 $, ainsi que le Clos Sainte-Thècle, qui recevra 26 945 $.

«Les entreprises vont principalement utiliser cet argent pour acheter de l’équipement. Elles pourront ainsi s’assurer de suivre la vague en ce qui a trait à l’automatisation des moyens de production et au virage technologique. On le sait, tous ceux qui se sont tournés vers les nouvelles technologies se sortent mieux de la crise. Au Québec, c’est important que nos entreprises continuent en ce sens afin de bien se positionner dans la relance», a expliqué la députée fédérale de Sherbrooke et secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles, Élisabeth Brière.

Du côté de la distillerie Mariana, les propriétaires souhaitent se servir du montant obtenu pour procéder à l’achat d’un alambic et d’un distillateur. Les dirigeants du fabricant de menthes trifluvien Rito, quant à eux, projettent d’utiliser ce prêt du fédéral afin d’acquérir de l’équipement robotisé pour automatiser leur machinerie. Enfin, chez Clos Sainte-Thècle, l’investissement devrait servir à l’acquisition d’équipement de protection pour le vin.

À l’échelle nationale, 18 millions $ seront investis par Ottawa dans le but de faire fleurir les entreprises du secteur agroalimentaire canadien.

Au Québec, 27 projets seront encouragés par cette enveloppe. Par exemple, la pâtisserie industrielle La Petite Bretonne, dans les Laurentides, obtiendra 2,6 millions $ pour moderniser sa production, et la Fromagerie Polyethnique, en Montérégie, recevra 1,6 million $ pour de nouveaux équipements de production automatisés. Les autres contributions fédérales dans la province vont de 26 000 $ à 750 000 $.

Les fonds annoncés mercredi proviennent des budgets des six agences fédérales de développement régional, qui se concentrent sur le soutien des initiatives hyperlocales. Dans certains cas, le financement fait suite à des accords qui étaient en cours bien avant la pandémie ou qui sont accordés aux entreprises sous forme de prêts remboursables.

Le gouvernement libéral avait subi des pressions soutenues de la part des agriculteurs et de l’industrie agroalimentaire pour les aider à résoudre les problèmes créés par la pandémie de COVID-19. Ce secteur a notamment connu des éclosions du virus parmi les travailleurs agricoles et dans les usines de transformation, mais il a aussi subi de fortes baisses de la demande pour certains produits en raison de la quasi-fermeture de l’industrie hôtelière.

Ottawa a d’abord répondu avec un plan de sauvetage de 252 millions $, mais il a été critiqué pour avoir inclus dans cette enveloppe des sommes annoncées précédemment.

D’autres investissements pourraient d’ailleurs être faits au cours des prochains mois dans le but d’aider les industries du pays à atteindre le niveau des entreprises de partout dans le monde en matière de nouvelles technologies.

«Récemment, j’étais à Trois-Rivières en compagnie de la ministre Joly afin de discuter de solutions pour la relance économique du Québec et du Canada. Nous sommes toujours sur le terrain chez vous. Comme on vient de traverser une période plus difficile, quand une entreprise peut avoir un coup de main pour continuer d’innover et de croître, nous sommes là», a conclu Mme Brière.