Sergei Kovanovitch, ambassadeur de la République démocratique soviétique de Moldavie à Trois-Rivières, et Bob, le propriétaire du Chalet qui portait déjà un masque depuis plusieurs années, entourent Éric Paul Parent, directeur général des jeux d’évasion Enigma.
Sergei Kovanovitch, ambassadeur de la République démocratique soviétique de Moldavie à Trois-Rivières, et Bob, le propriétaire du Chalet qui portait déjà un masque depuis plusieurs années, entourent Éric Paul Parent, directeur général des jeux d’évasion Enigma.

Le défi créatif d’Enigma

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — À l’instar de bien des entreprises, le centre de jeux d’évasion Enigma de l’entreprise Hérôle doit s’adapter à la nouvelle réalité imposée par la pandémie. Depuis la fermeture forcée et précipitée en mars derniers, les créateurs des différents scénarios d’immersion proposés par l’entreprise de Trois-Rivières sont à l’oeuvre pour offrir une expérience renouvelée et sécuritaire au public.

«On a utilisé ce temps pour nous creuser les méninges et se poser la question sérieusement si ce genre d’industrie peut exister avec la COVID. Mais on voit ça comme l’ouverture d’une nouvelle entreprise», affirmait en conférence de presse mardi Éric Paul Parent, directeur général d’Enigma et cofondateur d’Hérôle, quelques jours avant la réouverture du centre le 7 août prochain.

«Nous sommes un jeu d’évasion, mais il y a un virus dont nous devons nous protéger. Il faut s’inventer, se réinventer, pour répondre à cette situation.»

La réouverture d’Enigma se fait d’une façon progressive pour que toutes les mesures sanitaires soient bien appliquées. Chose certaine, les dirigeants de l’entreprise sont conscients qu’ils pourront devoir faire rapidement des ajustements dans le contexte actuel.

«On s’est rendu compte depuis quatre mois qu’il n’y a aucune garantie. Il faut absolument être prêt à s’ajuster, changer notre fusil d’épaule. Pour nous, c’est un défi créatif», ajoute le directeur général d’Enigma.

Tous les participants aux jeux d’évasion devront porter un masque, comme le prévoit la directive québécoise. De plus, un appareil de désinfection a été acquis pour désinfecter chaque pièce entre chaque groupe.

Par ailleurs, la capacité d’accueil du centre est diminuée, car un seul scénario est pour l’instant offert au public.

La première salle qui sera à nouveau accessible sera le Chalet. Des énigmes et cachettes ont été ajoutées à cette salle qui demeure depuis l’ouverture d’énigme en 2016 la plus populaire auprès de la clientèle.

«Plusieurs personnes aiment refaire cette salle. Pour eux, c’est comme revoir un vieux film», précise Éric Paul Parent.

D’ici quelques semaines, Enigma offrira un nouveau scénario pour les amateurs d’espionnage. «Mission: Pégas» propose une incursion dans un univers soviétique qui a survécu à l’effondrement du bloc de l’Est. La pandémie a forcé les créateurs à concevoir ce scénario en gardant en tête les mesures sanitaires.

«Le bureau d’accueil sera un guichet qui va créer une barrière. L’immerseur va interagir avec un personnage, mais ça ne sera pas un être humain», mentionne Éric Paul Parent.

Tout en annonçant cette nouvelle salle, Enigma mentionne que son populaire scénario «Zombie» ne sera pas de retour. Son retrait de la programmation était déjà prévu avant la pandémie.

«Nous allons pouvoir installer d’autres pièces à l’endroit où nous avions ce scénario qui demandait beaucoup d’espace», note Éric Paul Parent.