Robert Lalonde

Le budget de la MRC de Maskinongé en hausse

Louiseville — L’augmentation du coût de différents services pousse vers le haut le budget de 2019 de la MRC de Maskinongé et la quote-part de huit municipalités, dont celle de Charette qui subit une montée vertigineuse de 132 % par rapport à 2018.

Les maires ont adopté il y a huit jours ce budget équilibré de 8 588 920 $, un budget en croissance de 15,6 % par rapport à celui de 2018. Selon le préfet, Robert Lalonde, la MRC doit faire face à des majorations de coûts dans plusieurs secteurs.

«Il y a une hausse du budget pour la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie, une hausse pour le service de l’évaluation. Notre coordonnateur aux incendies est maintenant à temps plein, il y a eu l’entente avec le syndicat (pour le contrat de travail) qui entraîne une hausse de salaire de 3 %. Et en même temps, on a pris 140 000 $ de moins dans les surplus cette année et on a reçu 185 192 $ de moins en revenus provenant du ministère des Ressources naturelles», explique le préfet.

La modernisation du processus d’évaluation coûtera cher à de nombreuses municipalités en 2019, un phénomène qui s’observe en alternance entre les localités au fil des années. Charette y goûte sévèrement en 2019 comparativement à 2018. Sa quote-part globale passe de 63 204 $ à 146 550 $, une flambée de 131,86 %. Cette hausse de quote-part est la plus importante des 10 dernières années, Saint-Paulin ayant eu à subir une majoration de 86 % en 2009.

«C’est le côté modernisation de l’évaluation. Pour Charette, le volet évaluation passe de 12 000 $ (12 004 $) à 84 000 $ (84 738 $). Je sais comment ça se passe. À Saint-Léon, on a une baisse cette année. L’an passé, on avait eu une hausse (de 80,56 %)», rappelle le préfet et maire de Saint-Léon-le-Grand.

Saint-Boniface (+95,7 %), Maskinongé (+56,7 %), Saint-Paulin (+48,6 %), Saint-Étienne-des-Grès (+39,46 %) et Louiseville (+39,04 %) sont les autres municipalités qui encaissent une appréciation de plus de 39 % de leur quote-part.

À l’opposé, neuf municipalités profitent d’une réduction de leur quote-part. À l’instar de Saint-Léon, Sainte-Angèle-de-Prémont, Sainte-Ursule, Saint-Édouard-de-Maskinongé et Saint-Élie-de-Caxton sont parmi les municipalités jouissant de baisses importantes, celles-ci variant entre 18 % et 42 %.

La MRC a pigé 175 000 $ dans son surplus accumulé pour l’appliquer à son budget de 2019. L’an dernier, la somme avait été de 315 000 $.

«Je suis content du budget, laisse entendre Robert Lalonde. Ce qui nous fait mal, c’est des choses qui sont entre autres hors de notre contrôle, comme l’évaluation.»