Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Laurent Lessard, a fait cette annonce à la Ferme la Bisonnière de Saint-Prosper.

Laurent Lessard annonce 59,8 M$

Saint-Prosper — «La passion au service du territoire». Voilà comment Laurent Lessard s’est inspiré des nouveaux propriétaires de La Ferme la Bisonnière, à Saint-Prosper, pour lancer une série de mesures d’aide financière destinées à assurer le développement de territoires dynamiques qui contribuent à la prospérité et à la durabilité du secteur bioalimentaire.

Sous le thème Territoires, ces mesures comprennent la mise en place de trois nouveaux programmes et la bonification de deux programmes existants, totalisant ainsi des investissements supplémentaires de 59,8 millions de dollars sur cinq ans.

Selon lui, le bioalimentaire est un secteur d’activités bien ancré au territoire. Il contribue à son aménagement, à sa mise en valeur et à son attractivité. «Les mesures annoncées représentent des moyens concrets que met en place le gouvernement pour favoriser le développement du secteur bioalimentaire dans toutes les régions du Québec», a-t-il fait savoir, jeudi, en conférence de presse.

D’abord, le programme Priorités bioalimentaires permettra l’élaboration et la révision des plans de développement de la zone agricole (PDZA), de même que la mise en œuvre de projets bioalimentaires structurants identifiés par les territoires. Avec un investissement de 16,5 millions de dollars, ce programme s’inscrit en cohérence avec la gouvernance de proximité et permettra d’adapter l’intervention en fonction de la diversité des enjeux des différentes régions du Québec.

«Ayant participé à l’élaboration et la mise en place les PDZA en 2008, je suis fier de poursuivre notre appui pour le développement et soutenir la spécificité des régions du Québec. Je rêve de voir des agents de développement agricoles pour chaque région du Québec et ainsi nous assurer de développer le plein potentiel de nos territoires», a indiqué le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Par ailleurs, pour répondre aux enjeux de maintien et de développement du secteur ainsi qu’aux enjeux de préservation des ressources sur l’ensemble des territoires, un budget de 8,8 millions de dollars sera attribué à la mise en place du programme Laboratoires d’innovations bioalimentaires, qui offrira aux acteurs du secteur bioalimentaire, des territoires et de la société civile la possibilité d’expérimenter des solutions innovantes.


« La passion au service du territoire »
Laurent Lessard

Accroître son rôle dans le développement et la vitalité des territoires, mettre en valeur les spécificités et les ressources propres aux territoires, assurer la protection du territoire agricole et la préservation des ressources, renforcer la synergie entre les acteurs du territoire et les maillons de la filière bioalimentaire et répondre aux besoins du milieu et aux attentes des consommateurs: voilà les nouvelles avenues de développement du bioalimentaire au Québec que ce programme permettra d’explorer.

«Nous avons le devoir de nous assurer du maintien et du développement du secteur bioalimentaire afin de contribuer à l’occupation et la vitalité de tous les territoires. Chaque territoire a son histoire, ses spécificités et ses réalités. Nous devons moduler notre approche par territoire et ce programme permettra de mettre en place des projets pilotes réalistes, par ses habitants, par eux et pour eux», a expliqué M. Lessard.

De plus, reconnaissant la contribution particulière de la relève agricole ainsi que la diversité des modèles d’entreprises agricoles à l’occupation dynamique des territoires, une enveloppe totalisant 11,5 millions de dollars sur cinq ans est octroyée dans le cadre du programme Relève et entreprise de petite taille.

«La relève agricole est importante et nécessaire pour assurer la continuité de notre secteur, il est donc essentiel de la soutenir et de leur démontrer tout notre encouragement. Cette mesure s’ajoute aux mesures de La Financière agricole du Québec pour soutenir la relève», a-t-il soutenu.

Et afin d’appuyer les entreprises agricoles dans l’amélioration de la productivité et la valorisation des terres possédant un potentiel de culture des régions et municipalités régionales de comté prioritaires, le gouvernement prolonge jusqu’en 2023 le programme de Soutien au drainage et au chaulage des terres agricoles, grâce à une enveloppe additionnelle de 16 millions de dollars.

«Ce programme est très populaire dans toutes les régions du Québec. Au Bas-Saint-Laurent, sur la Côte-Nord, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en Abitibi-Témiscamingue, dans le Nord-du-Québec ainsi que dans 34 municipalités régionales de comté. Il encourage les agriculteurs à améliorer leur productivité», rapporte le ministre.

Lors du Sommet sur l’alimentation, une cible a été fixée afin d’amener le secteur biologique à doubler la superficie en culture d’ici 2025. Ainsi, le gouvernement bonifie de sept millions de dollars la Stratégie de croissance du secteur biologique. Ce secteur contribue à la vitalité des territoires et offre une réponse aux attentes de la population québécoise.

«Nous avons une cible ambitieuse de doubler la production du biologique au cours des prochaines années. Le maintien de cette Stratégie nous permettra de poursuivre notre soutien à la filière et de maximiser le déploiement de son plein potentiel. Cela vient aussi répondre aux attentes grandissantes des consommateurs», a-t-il ajouté. «Les touristes veulent goûter le Québec», a conclu la ministre du Tourisme, Julie Boulet.