Stephan Leclerc, associé /COO chez Menthes Rito, François Deragon, directeur ventes et marketing chez Trans-Herbe et Dominic Bouchard, directeur des ventes et du marketing chez Les Machineries Pronovost.

L’art de réussir la conquête américaine

TROIS-RIVIÈRES — «Au cours des dernières années, avec la nouvelle administration Trump, il y a eu plusieurs changements en ce qui a trait à nos façons de faire des affaires avec les États-Unis. On n’a qu’à penser aux nouvelles réglementations, aux négociations des accords de libre-échange, aux tarifs douaniers, etc. Cette rencontre fut l’occasion de faire le point et de savoir où nous en sommes rendus».

Voilà comment Sandrine Jobin, directrice à l’exportation chez Carrefour Québec international (CQI) pour la région de la Mauricie, a justifié la tenue vendredi du Grand rendez-vous de l’exportation au Musée POP de Trois-Rivières.

En partenariat avec Desjardins entreprises et en collaboration avec le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Jolicoeur Lacasse avocats, la Zone industrialo-portuaire de Trois-Rivières et Traffic Tech, CQI invitait les entrepreneurs et intervenants du milieu des affaires à une demi-journée de conférences pour faire le point sur les relations d’affaires avec leurs voisins américains.

«Il ne faut pas oublier que, pour nos entreprises, les États-Unis demeurent le premier partenaire commercial à l’exportation. Le marché comme tel a également évolué, il y a de nouveaux secteurs d’activité qui prennent de plus en plus d’expansion et qui présentent des opportunités intéressantes. Ce fut également l’occasion de les découvrir», renchérit Anne-Marie Lamothe, directrice à l’exportation au Centre-du-Québec.

Lors de cette rencontre, les conférenciers ont traité des secteurs prometteurs sur ce marché, de comment adapter son approche marketing à la culture américaine, des sources de financement possibles et des impacts des nouvelles mesures fiscales adoptées par les États-Unis sur les entreprises québécoises.

Étaient également invités à un panel, trois représentants d’entreprise qui exportent en sol américain et qui ont partagé avec les participants leur expérience sur ce marché. Il s’agit de Dominic Bouchard, directeur des ventes et du marketing chez Les Machineries Pronovost, François Deragon, directeur des ventes et du marketing chez Trans-Herbe et Stephan Leclerc, associé /COO chez Menthes Rito.

Pour le premier, la participation à des salons du commerce est «énormément importante», ne serait-ce que pour «apprendre sur ton marché». «Et le produit est capital», soutient-il.

Celui-ci ne manque pas de souligner que ce fabricant d’équipements agricoles et de souffleuses à neige est un «joueur de niche» qui exporte 14 % de sa production aux États-Unis. Une proportion qui grimpe à 70 % pour Menthes Rito, ce plus important manufacturier de bonbons à la menthe au Canada.

«Le potentiel est énorme aux États-Unis. Il faut avoir la structure organisationnelle pour démontrer qu’on est capable de suivre la parade. Mais on ne fait pas de la business du jour au lendemain. Il faut être fort dans ton suivi. C’est ça qui fait la différence pour ceux qui vont vendre. Et il ne faut pas arriver la tête basse», a déclaré Stephan Leclerc.

Or, pour François Deragon, qui oeuvre dans l’industrie du thé, le niveau d’engagement est important. «Je suis très impliqué avec nos distributeurs et principaux clients. Il faut s’américaniser», croit-il.

Le tout fut suivi d’un dîner réseautage avec la présentation de Karine Prémont, professeure à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et directrice adjointe de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM au sujet des secrets d’État. Elle fait état des répercussions de la gestion et du leadership du président Donald Trump.