L’accès à la propriété s’améliore

Trois-Rivières — Au Canada, l’Indice d’abordabilité Desjardins (IAD) s’est amélioré et Trois-Rivières ne fait pas exception. En effet, la capacité financière des ménages d’acquérir une propriété en sol trifluvien s’est accrue de 0,8 % au cours du troisième trimestre de 2017 en regard du trimestre précédent.

Cela est surtout attribuable au repli du prix de vente moyen d’une résidence (161 823 $ contre 162 786 $ au second trimestre) car les revenus après impôts des ménages et les taux hypothécaires n’ont que peu augmenté. 

À Trois-Rivières, l’IAD est au-dessus de sa moyenne historique, «ce qui signifie qu’il était plus facile d’accéder à la propriété au troisième trimestre de 2017 que ce qui a été observé en moyenne au cours des 20 dernières années», explique l’économiste chez Desjardins, Chantal Routhier.

Au Québec, l’IAD s’est légèrement contracté au cours du troisième trimestre de 2017 puisque les coûts de possession d’une propriété ont crû de manière plus importante que la croissance des revenus après impôts des ménages.

Ainsi, les agglomérations de Saguenay et de Montréal ont vu leur IAD se resserrer alors qu’à Québec, Trois-Rivières et Sherbrooke, l’indice s’est amélioré.

L’Indice d’abordabilité Desjardins (IAD) est calculé en faisant le ratio entre le revenu disponible moyen des ménages et le revenu nécessaire pour obtenir une hypothèque sur une résidence au prix moyen (le revenu de qualification). Le revenu de qualification est calculé à partir des coûts de possession d’une résidence (charges hypothécaires, taxes foncières et coûts des services publics).