Julie Bergeron, de Chef en herbe.

La recette prometteuse de Julie [VIDÉO]

Trois-Rivières — Biscuits à l’avoine, citrouille en bonhomme de neige et chocolat chaud à la guimauve: voilà le menu concocté la semaine dernière par Julie Bergeron pour marquer les grands froids du mois de janvier.

Il faut dire que depuis la fondation de son entreprise en 2010, Chef en herbe, cette agronome de métier ne manque pas d’imagination pour diversifier ses repas. Au départ, celle qui travaillait en certification biologique cuisinait chez elle le week-end pour livrer ses petits plats très tôt le lundi «à deux, trois garderies».

Son idée de se lancer en affaires est née d’une grande envie de cuisine santé, d’alimentation de proximité, bio, et d’un plaisir à transmettre sa passion aux enfants. C’est dans ce contexte que les premiers menus ont été créés afin de répondre aux besoins des garderies et des écoles. «L’alimentation naturelle, la moins transformée possible, est beaucoup plus qu’une valeur, c’est un mode de vie», confie l’entrepreneure.

Le développement de Chef en herbe l’aura amenée à déménager une première fois dans un local commercial de la rue Poisson. Et depuis l’automne 2017, elle est installée au 450 de la rue Saint-Laurent, croissance oblige.

«La cuisine est vaste et lumineuse. L’îlot de 14 pieds donne sur trois portes patio de large. Cette vue sur la lumière du jour et notre climat nous rappelle que nous sommes des citoyens du monde, dans un environnement à conserver. C’est parfait pour imaginer et cuisiner les menus de chaque semaine», affirme la mère de deux enfants.

En plus de desservir les garderies, plusieurs familles et personnes seules, Chef en herbe a développé les salades en pot et les barres d’énergie «parfaites pour les lunchs». «En milieu de travail, il est même possible d’avoir accès à un petit frigo Chef en herbe rempli de ces bonnes salades pour nourrir votre équipe. Il ne s’agit que de le demander», fait-elle savoir.

Outre la préparation hebdomadaire des 2000 portions de repas, desserts et collations, son équipe constituée de cinq employés et trois bénévoles réalise plein d’ateliers culinaires sous différents thèmes: duo parents-enfants lors des fêtes telles que Noël, St-Valentin et Halloween, fêtes d’enfants et autres, «tant à notre cuisine ou n’importe où nous sommes invités». «La toute nouvelle petite cuisine roulante permet même des activités de cuisine extérieure», se plaît-elle à annoncer.

Dans une optique environnementale, Chef en herbe ajoutera sous peu le service de location de vaisselle en porcelaine, couverts, verres, coupes, nappes et couvre-chaises. «On a même une machine à pop-corn et un meuble mobile pour la bière en fût. Recevoir un groupe sans remplir les poubelles nous apparaît une excellente idée à partager», soutient Mme Bergeron.

Par ailleurs, cette dernière projette de nourrir toujours plus de gens, petits et grands. «L’été prochain devrait voir naître un jardin de proximité pour les fines herbes, les tomates cerises, la laitue et pourquoi pas quelques arbres fruitiers. De plus, cet espace vert permettra d’utiliser les résidus végétaux de la cuisine, devenus compost. Travailler en cycle, avec le moins de déchets possible, a toujours fait partie de notre mission d’entreprise. Tous nos plats sortent de la cuisine dans un contenant de verre réutilisable à l’infini», souligne-t-elle fièrement.

Boutique en ligne, blogue sur l’alimentation des enfants, écriture d’un livre de recettes «pour le faire tout seul», restaurant familial «avec que des boulettes au menu» et des petits Chef en herbe dans d’autres régions du Québec: voilà autant de rêves qu’elle caresse.

Avec sa percée à l’école Montessori, Julie Bergeron souhaite conquérir le milieu scolaire. «C’est un marché qui est difficile, compte tenu qu’on veut faire de l’éducation alimentaire», admet-elle.

Malgré sa clientèle cible, plusieurs parents la contactent pour qu’elle leur facilite la vie. «Ils veulent venir chercher nos repas cuisinés. Pour certaines familles, on livre directement aux frigos. Comme la femme de ménage, on nous laisse la clé et on va porter ça au frigo. Ils n’ont qu’à réchauffer les repas pour la famille. Ça se développe beaucoup», raconte la femme d’affaires.

Et quand on lui demande ce qui la distingue de la compétition, elle répond «qu’il y a juste moi qui le fais comme moi», tout en mettant en évidence des produits bio et locaux.

Chef en herbe en chiffres

2000
Portions hebdomadaires

2010
Année de fondation

26

Salades différentes