Le chef traiteur Dany Willard.
Le chef traiteur Dany Willard.

La recette de résilience d’un chef [VIDÉO]

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Avoir la possibilité de déménager dans des installations plus grandes et plus modernes représente une opportunité en or pour tout entrepreneur. Et c’est ce genre d’occasion qu’aura saisi le chef traiteur Dany Willard en avril dernier... en pleine pandémie!

« Lorsque j’ai déménagé mon entreprise, je ne réalisais pas encore à ce moment-là l’ampleur de la situation. Pas de déménageurs, personne pour installer, j’ai donc dû acheter une remorque et faire tous les travaux par moi-même. Ce que je ne réalisais pas non plus, c’est que mon entreprise telle que je la connaissais était belle et bien perdue », confie le propriétaire de Willard Traiteur Inc.

Pourtant, juste avant la COVID-19, le traiteur avait définitivement le vent dans les voiles, toujours, dit-il, en misant sur la qualité plutôt que la quantité, « en prenant soin de mes clients et en étant attentif à leurs besoins ».

C’est d’ailleurs pour se rapprocher de sa clientèle et agrandir ses espaces que Dany Willard aura entrepris des démarches pour déménager l’entreprise dans les environs du centre-ville de Trois-Rivières, sur la rue Saint-Denis.

« De toutes nouvelles installations, une cuisine moderne de 2500 pieds carrés, des équipements à la fine pointe, bref nous étions partis pour une belle expansion. Puis vint la COVID », décrit-il.

Un dur coup pour celui qui aura démarré son entreprise chez lui, en 2012, avant de s’installer dans un local de 2000 pieds carrés sur la rue Thibeau, dans le secteur Saint-Louis-de-France.

Diplômé de l’Institut d’hôtellerie du Québec, ce Trifluvien d’origine travaille derrière les fourneaux depuis 27 ans. Son parcours culinaire l’a amené à travailler au prestigieux Reine Élizabeth et à collectionner les restaurants italiens huppés de Montréal, tel que le Méditerranéo, le Prima Donna, le Giallo et Le Latini.

Après dix ans de boulot à Montréal, il s’est retrouvé à Québec où il occupé des postes de chef au Michelangelo, à l’Hôtel Clarendon et au Club de golf Royal Québec.

De retour à Trois-Rivières après 20 ans d’absence, c’est là que Dany Willard fonde son entreprise de chef à domicile. « Après plus de 200 soirées à concocter autant de menus différents que de clients, j’ai décidé d’aller un peu plus loin en offrant les services complets d’un traiteur classique. Banquet, mariage, cocktail dînatoire, buffet chaud ou froid, coffrets-repas. J’avais comme objectif d’offrir le maximum de services aux entreprises de la région », raconte-t-il.

Or, ce parcours de rêve a pris momentanément des allures de cauchemar le printemps dernier avec la pandémie qui, entre autres, a provoqué l’annulation d’une trentaine de mariages dans son carnet de commandes pour la période estivale 2020.

« C’est à ce moment que je suis tombé dans l’un des pièges de l’entrepreneuriat, soit la procrastination. J’ai été obligé d’envoyer mes employés sur la PCU et je passais mes journées à constater la descente aux enfers de mon entreprise », confie-t-il.

Reconnaissant son besoin d’aide, il a alors retenu les services d’un coach en entreprise et d’un mentor. « Il me fallait réinventer mon entreprise, nous avions les compétences pour cuisiner et le fait que les gens mangent trois fois par jour n’avait pas changé », explique M. Willard.

« Nous avons donc composé un menu de 188 plats répartis sur six semaines, nous avons testé ces recettes et nous avons même acheté un peu de matériel photographique pour prendre nous-même les photos de nos plats. Nous avons ensuite monté un site Internet transactionnel où nous pourrions vendre nos repas préparés », poursuit-il.

Aujourd’hui, non seulement le chef traiteur a-t-il signé quelques contrats majeurs, mais son équipe cuisine maintenant plus de 1400 repas par semaine.

« Ce n’est pas rien, chacun peut commander ce qu’il désire parmi 12 choix de soupes, plats principaux et desserts différents à tous les trois jours. Nous effectuons la livraison autant aux entreprises qu’aux particuliers en télétravail. Nous avons deux points de cueillette tout à fait sécuritaires. Nous avons su élargir notre clientèle en offrant un service pour les résidences de personnes âgées ainsi que pour les garderies. En fait, tout le monde peut commander sur notre site internet des repas frais, nutritifs et plein de saveurs. Nous avons des formats individuels et familiaux », se plaît-il à faire savoir.

Et alors que Trois-Rivières vient de basculer dans la zone rouge, entraînant la fermeture des salles à manger, Dany Willard invite les gens à réserver tout de suite leurs repas de la semaine et du temps des Fêtes.

« On dit souvent que la qualité première d’un bon entrepreneur est la résilience. J’ai passé par toute une gamme d’émotions ces derniers mois, j’ai eu la chance de pouvoir compter sur le soutien de mes employés. J’espère seulement avoir fait les bons choix », a-t-il conclu.

En chiffres

2012: fondation

4: employés

1400: repas par semaine