Marc-André Ayotte et Michael Martineau, les propriétaires de La Pécheresse, ont montré les deux premières canettes de la microbrasserie.

La Pécheresse prend de l’expansion

LA TUQUE — La Microbrasserie La Pécheresse a investi une somme de 250 000 $ dans un important projet d’expansion. Les propriétaires, Marc-André Ayotte et Michael Martineau, ont fait l’acquisition de nouveaux équipements qui fera passer la production de 100 000 litres à 160 000 litres et qui rendra possible la mise en canettes. Cet investissement majeur a été annoncé, vendredi.

«C’est un beau projet et on travaille fort. […] On va avoir un produit plus uniforme et la qualité va être encore mieux», souligne Michael Martineau, copropriétaire.

L’investissement a notamment servi à acquérir une sertisseuse automatique et une étiqueteuse rendant possible la mise en canettes.

«On passe de la bouteille vers la canette. C’est beaucoup plus simple pour beaucoup de monde, les clients, les dépanneurs… C’est plus facile à gérer aussi au niveau du transport, c’est moins lourd, ça prend moins de place», note Michael Martineau.

Ce dernier souligne également que le temps d’embouteillage sera désormais beaucoup plus court.

«Ça va être trois fois plus vite», assure M. Martineau

«On faisait 16 000 bouteilles à la main par mois. L’étiquetage à lui seul prenait une journée complète. Avec la nouvelle étiqueteuse, on parle de 45 minutes. C’est automatisé», ajoute Marc-André Ayotte, copropriétaire.

La microbrasserie s’est également dotée de nouveaux équipements de brassage notamment une bouilloire et des fermenteurs. Toutefois, l’élément majeur demeure l’automatisation et la commande à distance de procédés, permettant d’accroître l’efficacité et la production de manière significative.

Actuellement, une douzaine de bières variées sont brassées par La Pécheresse. Les brasseurs de la microbrasserie accordent également une importance aux produits locaux qui se retrouvent dans leur recette comme le miel, la camerise et éventuellement la framboise, le sureau et les fraises.

À plus long terme, les dirigeants de la microbrasserie souhaitent créer d’autres emplois, bonifier les conditions de travail de leurs employés, s’investir dans la communauté et consolider les finances de l’entreprise et leurs partenariats.

Rappelons que La Pécheresse a amorcé ses opérations de brassage en juin 2015. Dès 2016, plus de 150 points de vente avaient été établis, permettant l’emploi de cinq employés à temps plein. L’an dernier, l’entreprise a doublé son nombre de points de vente, ce qui a porté à neuf le nombre d’employés. En 2019, l’automatisation des procédés permettra de standardiser la qualité et d’accroître la production.

Les canettes de la microbrasserie La Pécheresse devraient faire leur entrée sur le marché d’ici quelques semaines.

«Avant d’augmenter les points de vente, on veut suffire à la demande. Parce que présentement, on avait de la difficulté à le faire. On veut donner le meilleur des services à nos clients actuels. On verra ensuite», note M. Martineau.

Le député de Saint-Maurice – Champlain et ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, était sur place également pour annoncer au nom de Développement économique Canada, une contribution remboursable de 66 000 $ sur l’investissement total.

Les promoteurs ont également tenu à remercier les partenaires, leur fidèle clientèle qui les appuie depuis leurs débuts, et les producteurs qui leur fournissent des produits locaux de qualité.