Barbara Paillé
Barbara Paillé

La MRC de Maskinongé réclame une aide pour le secteur touristique

Sainte-Angèle-de-Prémont — «Les entreprises touristiques sont à l’heure de sauver les meubles et il n’y a pas de directive ni d’espoir d’une quelconque date de réouverture. Il faut aider les entreprises à se maintenir la tête hors de l’eau. On sait que ce sera un respirateur artificiel. Mais il faut le ploguer, le respirateur.»

Barbara Paillé regarde aller le secteur touristique en cette pandémie et craint de perdre des joueurs si le gouvernement tarde trop à venir en aide au tourisme. La mairesse de Sainte-Angèle-de-Prémont et présidente de la Corporation touristique de la MRC de Maskinongé sait très bien que le tourisme est un moteur économique puissant au sein de cette MRC avec près de 300 entreprises, près de 2000 personnes et des retombées approchant les 97 millions de dollars par année. Voilà pourquoi elle estime que le gouvernement doit soutenir financièrement ce secteur durement touché par la crise afin que les entreprises puissent prendre un peu d’air avant le retour aux affaires.

Comme toutes les entreprises, celles du tourisme doivent faire face à des obligations financières même si tout est mis sur pause depuis trois mois. La belle saison arrive à grands pas et le gouvernement mise sur le tourisme interprovincial pour faire tourner un tant soit peu l’économie. Selon Mme Paillé, il est grand temps que le gouvernement annonce ses couleurs.

«Il faut être solidaire avec nos entreprises touristiques. Si on ne les aide pas, elles vont étouffer. Quand l’activité va reprendre, il faudra prendre des mesures pour respecter la distanciation sociale. Ça ne se peut pas, le casse-tête que ça va donner. Ça prend de l’argent pour que le tourisme se prépare en vue d’une réouverture. Les lumières ne sont plus jaunes, elles sont rouges», insiste Mme Paillé, qui souhaite une réponse du gouvernement d’ici les prochains jours.