Un important colloque régional sur la main-d’œuvre sera organisé le 1er mars à Espace Shawinigan, grâce notamment à la participation d’Alexandre Ollive (coordonnateur de GROUPÉ Mauricie - Rive-Sud), Marie-Pier Matteau (présidente du Conseil régional des partenaires du marché du travail) et Yves Pepin (directeur régional de Services Québec de la Mauricie).

La main-d’œuvre à nouveau sous les projecteurs

Shawinigan — Amplement vécus et documentés, les problèmes de recrutement et de rétention de la main-d’œuvre se retrouveront au programme d’un important colloque à Espace Shawinigan, le 1er mars. Sous le thème «Il est temps de faire autrement», des conférences et des ateliers seront organisés au cours de cette journée, qui marquera une nouvelle contribution pour venir en aide aux entreprises.

L’activité est réalisée à l’initiative du Conseil régional des partenaires du marché du travail et de la Direction régionale de Services Québec de la Mauricie. Ils ont confié l’organisation de ce colloque à GROUPÉ Mauricie - Rive-Sud, ce partenariat économique régional regroupant des employeurs qui vivent de près la pénurie de travailleurs.

Ce problème est décrié sur de nombreuses tribunes au cours des dernières années, mais malgré tout, il ne cesse de prendre de l’ampleur, observe Marie-Pier Matteau, présidente du Conseil régional des partenaires du marché du travail. Si les perspectives démographiques avaient annoncé ce mur, elle se demande si la région s’est suffisamment mobilisée pour contrebalancer les effets pernicieux de ce manque de main-d’œuvre.

«Ça a non seulement un impact sur les entreprises, mais aussi sur la vitalité de la région», fait remarquer Mme Matteau. «Les intervenants locaux et régionaux doivent agir ensemble!»

D’où l’idée de ce colloque, qui durera une journée complète. Des conférences et des ateliers porteront notamment sur les mutations du marché du travail, le pouvoir attractif d’un territoire, le recrutement, la marque de l’employeur, l’humain au cœur de l’usine intelligente et finalement, l’option de l’employé immigrant pour contrer la pénurie. La conférence d’ouverture sera assumée par l’ex-dragon François Lambert, tandis que Catherine Gaudreault, animatrice au 106,9 FM Mauricie, soulignera des initiatives en attraction et en rétention de main-d’œuvre en fin de journée.

«Tout le colloque est basé sur une thématique, à savoir comment faire autrement dans une situation de plus en plus critique pour notre économie», explique Alexandre Ollive, coordonnateur de GROUPÉ Mauricie - Rive-Sud, qui rappelle que des entreprises doivent refuser des contrats par manque de main-d’œuvre.

«L’organisation est partie d’une étude qui a été faite auprès d’une centaine d’entrepreneurs de la région, pour aller chercher les bons coups, l’invisible, ce qu’on ne voit pas toujours. Nous avons aussi été voir dans d’autres régions, pour avoir un portrait de ce qui se fait de mieux en ce moment pour contrer la pénurie. On va donc apprendre des choses sur le recrutement, mais aussi sur la fidélisation.»

Chômage et pénurie
Au cours des derniers mois, l’enquête mensuelle sur la population active a donné un éclairage sur le resserrement du marché du travail dans la région.

En 2017, le taux de chômage en Mauricie s’est établi à 6 %, un «creux historique», souligne Yves Pepin, directeur régional chez Services Québec de la Mauricie. En moyenne annualisée, on comptait 7700 chômeurs dans la région l’an dernier, soit 1500 de moins qu’en 2016 et 3500 de moins qu’en 2013, selon Statistique Canada. En 1993, l’agence fédérale estimait à... 18 000 le nombre de chômeurs en Mauricie et le taux de chômage s’établissait alors à 14,1 %.

Pendant ce temps, Placement en ligne recensait, lundi après-midi, 1344 emplois disponibles dans la région. «Nous ne sommes pas engagés dans une course de 100 mètres, mais dans un marathon», résume M. Pepin pour imager la complexité de l’enjeu.

L’organisation s’attend à accueillir entre 250 et 300 participants lors de ce colloque.