On retrouve le pdg de La Financière agricole du Québec, Ernest Desrosiers, le député de Maskinongé, Marc H. Plante, le ministre Laurent Lessard, et Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé.

La limite de garantie de prêts passe de 5 à 15 millions $

SAINT-LÉON-LE-GRAND — C’est à la ferme Charles Charette & Fils de Saint-Léon-le-Grand que le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, Laurent Lessard, et le président-directeur général de La Financière agricole du Québec, Ernest Desrosiers, ont annoncé lundi un changement majeur en matière de financement.

Ainsi, la limite d’engagement financier concernant la garantie de prêts passe de 5 à 15 millions de dollars. Selon eux, il est important de s’adapter aux besoins des entreprises pour assurer leur développement, considérant la croissance du secteur agricole.

«Les modèles d’affaires ont changé», a commenté le ministre tout en expliquant que cette mesure est en lien direct avec la Politique bioalimentaire 2018-2025: Alimenter notre monde, visant, entre autres, à stimuler les investissements dans les entreprises, et ce, afin de contribuer pleinement au développement économique du Québec.

«Par cette annonce, notre gouvernement assume son leadership afin que l’agriculture demeure un moteur de développement économique important et plus particulièrement pour nos régions. Nous sommes heureux de répondre aux attentes exprimées par nos producteurs agricoles. La Financière agricole du Québec possède les outils nécessaires pour répondre aux besoins des entreprises agricoles et assurer leur croissance», a-t-il ajouté.

Offrir un levier financier pour les entreprises possédant des actifs importants et présentant un potentiel de développement, poursuivre l’accompagnement qu’offre La Financière agricole aux entreprises en croissance et permettre à ces entreprises de bénéficier des avantages qu’offre La Financière agricole du Québec: voilà les objectifs de cet ajustement qui entrera en vigueur le 21 juin prochain.

«Cette nouveauté permettra à La Financière agricole du Québec de poursuivre activement sa mission en accompagnant les entreprises dans leurs différents projets de développement. Cette nouvelle offre s’appliquera tant à la production primaire qu’en agrotransformation. Nous sommes très fiers de mettre l’épaule à la roue pour faire de la Politique bioalimentaire un franc succès, et ce, pour le bénéfice de nos producteurs agricoles, mais également pour les consommateurs», a indiqué M. Desrosiers.

En matière de financement, La Financière agricole intervient notamment en accordant une garantie gouvernementale permettant à une entreprise agricole d’obtenir un financement auprès des institutions financières à un coût avantageux. À cet effet, le nombre de clients en financement s’établit à plus de 12 000 entreprises. Les valeurs assurées s’élèvent à 3,6 milliards de dollars et le portefeuille de garanties de prêts atteint 5 milliards de dollars.

«De 300 à 350 entreprises sont susceptibles de frapper à la porte», a conclu le ministre Lessard, qui n’a toujours pas tranché la question de son avenir politique.