La FPJQ annule son congrès qui devait se tenir en novembre prochain au CECI de Trois-Rivières.
La FPJQ annule son congrès qui devait se tenir en novembre prochain au CECI de Trois-Rivières.

La FPJQ contrainte d’annuler son prochain congrès

Trois-Rivières — Quelque 600 journalistes du Québec devaient converger à Trois-Rivières en novembre prochain dans le cadre du congrès annuel de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ). La pandémie a toutefois eu raison de ce grand rendez-vous qui devait se tenir au Centre d’évènements et de congrès interactifs (CECI) de Trois-Rivières l’année du centenaire du Nouvelliste.

«C’était la seule décision à prendre. Ça n’en fait pas moins une décision crève-coeur, difficile et triste», mentionne la présidente de la section régionale de la FPJQ et journaliste au Nouvelliste, Paule Vermot-Desroches.

Plusieurs éléments du contexte actuel ont contraint les organisateurs à annuler l’événement. L’incertitude dans laquelle toute la société est plongée rendait très difficile l’organisation du congrès. Est-ce que ça sera possible de tenir des congrès cet automne, alors que les rassemblements sont actuellement interdits? Les frontières étant actuellement fermées, comment est-ce possible de s’assurer de la présence d’invités ayant une renommée internationale?

«Ces invités internationaux sont souvent garants d’une bonne participation au congrès. Les gens s’inscrivent beaucoup au congrès pour venir les entendre et les voir», précise Paule Vermot-Desroches.

«On ne savait pas aussi si les gens seraient prêts l’automne prochain à venir dans un congrès ou un rassemblement. La décision d’annuler s’imposait.»

L’annulation entraîne bien sûr des coûts importants pour la FPJQ, comme le prévoit le contrat de réservation signé avec l’hôtel Delta et le CECI. Et plus la décision d’annuler le congrès était repoussée, plus la facture pour la FPJQ était importante.

Le congrès 2020 de la FPJQ devait se tenir l’année du centenaire du Nouvelliste. Alors que la presse écrite traverse une profonde crise que la pandémie n’a fait qu’accentuer, la présence à Trois-Rivières de quelques centaines de journalistes était significative.

«Le 100e anniversaire du Nouvelliste avait pesé très lourd dans la balance lorsque la FPJQ avait décidé de tenir son congrès à Trois-Rivières», précise Paule Vermot-Desroches.

La FPJQ travaille sur un congrès 2.0 qui se passera sur le web les 7 et 8 novembre prochain. Le centenaire du Nouvelliste devrait être souligné lors de ce congrès virtuel. De plus, la FPJQ entend bien tenir son congrès à Trois-Rivières dans les années à venir.