Johanne Hinse, de Cogeco, a animé ce panel composé de Sophie Milette, de Portes Milette, Vicky Champoux, de Brio RH-PAE, et Laurie Bellerive, du Centre Athlétique T-R.

La femme et son rapport à l’argent

TROIS-RIVIÈRES — La femme a-t-elle un rapport harmonieux avec l’argent? Voilà l’une des questions qui fut abordée mardi lors du Colloque Femmessor qui avait lieu au CECi de Trois-Rivières devant quelque 300 participantes.

Sophie Milette, de Portes Milette, encourage les femmes à ne pas se culpabiliser quand elles osent se récompenser du fruit de leur travail. «Et on ne doit pas se définir par l’argent», a-t-elle suggéré lors du panel animé par Johanne Hinse, de Cogeco.

Pour sa part, Vicky Champoux, de Brio RH-PAE, a raconté comment les débuts de l’entreprise avaient nécessité des sacrifices. «Mais on ne voulait pas sacrifier le volet familial», a-t-elle précisé.

De son côté, Laurie Bellerive, du Centre Athlétique T-R, a témoigné du défi qu’elle a dû relever avec l’arrivée de plusieurs compétiteurs à bas prix. «Il faut piquer la curiosité des gens», a-t-elle conseillé tout en soulignant que les entrepreneures, de par leur passion, étaient caractérisées par un niveau d’énergie plus élevé que la moyenne.

Celle-ci ne cache pas sa culpabilité quand vient le temps de décider quoi faire de ses profits alors qu’elle veut en faire profiter aussi à ses employés et ses membres, tout en réinvestissant dans l’entreprise.

«Avoir honte du succès, c’est un piège féminin», a ajouté Sophie Milette, invitant les femmes à s’assumer. Quand à Vicky Champoux, elle tient à redonner à la société en soutenant des causes. «Il faut rester authentique à nos valeurs», a-t-elle fait valoir, pendant que ses collègues du panel ont parlé tantôt d’équilibre, tantôt de résilience.

Durant la journée, un atelier fut proposé afin de savoir apprivoiser son stress pour mieux vendre et influencer, la présidente-directrice générale de Femmessor, Sévrine Labelle, a échangé sur scène avec Marie-Josée Richer, de PRANA, et l’entrepreneure-sommelière Jessica Harnois a prononcé une conférence pour faire découvrir le goût des affaires.

Au cours de ces cinq dernières années, Femmessor a évolué à vitesse grand V. Présente dans les 17 régions administratives du Québec, l’équipe a doublé et compte désormais 50 ressources, dont 11 proviennent de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Et la mission demeure toujours la même: contribuer directement à la création, à la croissance, à l’acquisition et à la relève d’entreprises dirigées et détenues par des femmes. Grâce aux partenariats majeurs et aux partenaires d’investissement, ce sont 25 millions de dollars qui sont disponibles, ce qui permet d’investir et d’offrir des prêts allant jusqu’à 150 000 dollars aux entreprises qui comptent au moins une femme dans un poste stratégique et qui détient au minimum 25 % des actions.