Le président de la Distillerie Wabasso, Maxime Vincent, tient dans ses mains la liqueur de gin à saveur d’érable Bourgeon. Il est accompagné sur la photo de Boris Tellier, commissaire industriel chez IDE Trois-Rivières, Guylaume Parenteau, cofondateur de l’entreprise et vice-président développement des affaires, Chantale Durocher, directrice développement des affaires Desjardins Entreprises, ainsi que Jean-Philippe Leduc, directeur de compte chez Desjardins Entreprises.

La Distillerie Wabasso mise sur l’érable

Trois-Rivières — Déjà reconnue pour son gin plusieurs fois primé, la Distillerie Wabasso de Trois-Rivières entreprend une toute nouvelle phase de son développement. Après avoir lancé dernièrement Bourgeon, une liqueur de gin à saveur d’érable médaillée de bronze au dernier San Francisco World Spirits Competition, la jeune distillerie a annoncé mardi qu’elle mise sur l’érable en produisant un acérum.

Plutôt marginal sur le marché actuel des spiritueux, l’acérum est un alcool fabriqué à partir d’eau d’érable concentrée et qui peut être par la suite vieilli en fût, bien que cette étape ne soit pas essentielle. Il s’agit d’un produit plus long et complexe à réaliser, qui se devait d’être dans une deuxième phase de développement de l’entreprise.

«On veut rester dans l’esprit des produits du Québec. Et l’eau d’érable coule parfois abondamment. On a de l’or entre nos mains et c’est un produit qui peut se démarquer à l’international», affirme Maxime Vincent, président de la Distillerie Wabasso de Trois-Rivières.

«On vise la qualité du produit, plutôt que le volume. Avec l’acérum, je pense qu’on va pouvoir vraiment aller trouver une clientèle à l’international qui va trouver ça extraordinaire.»

Maxime Vincent revient d’ailleurs de France où il a participé au début du mois à une mission commerciale avec de jeunes entrepreneurs québécois. Il a notamment lors de ce séjour remis une bouteille de Bourgeon à l’ambassadrice du Canada en France, Isabelle Hudon. Celle-ci lui a promis de la remettre à Emmanuel Macron, président de la France, ce qui aurait été fait. Le président de la Distillerie Wabasso n’a pas encore eu de nouvelles de cette bouteille.

Le premier produit à base d’érable de la Distillerie Wabasso est Bourgeon, une liqueur qui connaît déjà un certain engouement. Les quelque 5000 premières bouteilles se sont envolées en moins d’un mois à la SAQ. La particularité de cette liqueur à 24 % d’alcool est qu’elle est fabriquée à partir de l’eau d’érable de bourgeon concentrée. Il s’agit de l’eau d’érable recueilli en fin de coulée et qui n’est pas transformée en sirop.

La liqueur de gin à saveur d’érable Bourgeon de la Distillerie Wabasso.

«C’est unique d’utiliser le sirop de bourgeon. On est les premiers à utiliser ce type de sirop pour fabriquer du spiritueux», précise Maxime Vincent. «Dans notre alcool, ça explose en saveurs avec notre gin Wabasso.»

Par ailleurs, Distillerie Wabasso élabore avec leur partenaire Radnor, exploitant d’une source d’eau dans la région, un produit prêt-à-boire qui devrait être disponible à la SAQ l’été prochain. «Je ne veux pas trop rentrer dans les détails, mais ça va être un alcool de 7 % gazéifié en canette qui va rentrer au milieu de l’été prochain», mentionne le président de la Distillerie Wabasso.

Le développement des microdistilleries du Québec va bon train. En effet, ce secteur a connu une progression de 21 % des chiffres de vente à la SAQ en 2018. «Notre distillerie fait bonne figure, nous sommes dans le top 10 sur 50 produits de gin de spécialité à la SAQ», note M. Vincent.

Le développement de la Distillerie Wabasso est appuyé dans sa progression par plusieurs organismes de développement économique. Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières a d’ailleurs annoncé mardi l’octroi d’une subvention de 5000 $ via son Fonds de développement des territoires. Ce montant s’ajoute à un prêt de 20 000 $ accordé l’an dernier par le Fonds de solidarité et le Fonds local d’investissement de Trois-Rivières. De plus, la distillerie a été nommée «Nouvelle entreprise» de l’année et «Coup de coeur du public» lors du gala Vise dans le mile en mars dernier, ce qui a permis à l’entreprise de récolter une bourse de 15 000 $.

Desjardins Entreprises soutient aussi la Distillerie Wabasso dans son développement. L’entreprise est d’ailleurs la première à Trois-Rivières à bénéficier d’une subvention de 5000 $ du programme Créavenir destiné aux jeunes entrepreneurs.

«Ça nous donne du vent dans les voiles ce soutien financier», avoue Maxime Vincent.

«J’ai été en Écosse à l’automne dernier avec d’autres distillateurs où j’ai eu la chance de visiter des distilleries et d’en apprendre plus sur leur savoir-faire. Plus récemment, je suis allé en Allemagne pour un salon où j’ai rencontré des acheteurs potentiels à l’international. Et j’étais dans les dernières semaines à Paris pour explorer le marché français. Ce sont des voyages qui coûtent cher et qu’on peut faire grâce à ces partenaires qui nous soutiennent.»