On voit sur la photo : François St-Martin, accompagnateur des participants et Karine Genest, directrice de la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan.
On voit sur la photo : François St-Martin, accompagnateur des participants et Karine Genest, directrice de la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan.

La CES lance le Club des jeunes entrepreneurs

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
Shawinigan — La Communauté entrepreneuriale de Shawinigan (CES) a profité de la Journée nationale de la culture entrepreneuriale pour lancer le Club des jeunes entrepreneurs, un nouveau projet d’accompagnement personnalisé pour les jeunes de 6 à 16 ans.

Pour la CES, cette initiative est en quelque sorte la suite logique de la Grande journée des petits entrepreneurs. La communauté entrepreneuriale de Shawinigan a constaté qu’un nombre grandissant de jeunes poursuivaient leurs activités au-delà de cette journée.

On a donc fait appel à François St-Martin afin d’offrir du soutien personnalisé, dans le cadre du nouveau Club, aux jeunes ayant développé leur petite entreprise ou qui y songent. Un défi qu’il a accepté sans hésiter.

«On a des jeunes allumés qui méritent amplement qu’on leur consacre non pas une journée, pour la journée des petits entrepreneurs, mais l’année complète. C’est ce que l’on va faire, on va les accompagner tout au long de l’année», lance-t-il.

François St-Martin est responsable des communications de la CES et fondateur de l’entreprise Les Éditions Dans la tête. Il est, entre autres, connu en tant qu’auteur de la série Dans la tête de François et de livres jeunesse. Il a d’ailleurs déjà fait des animations dans des classes de Shawinigan en lien avec l’entrepreneuriat ou la bande dessinée.

L’accompagnement qu’il offrira dès maintenant se fera de façon individuelle selon le cheminement du jeune, ses besoins et ses intérêts.

«On va prendre chaque jeune, là où il est rendu dans son projet. L’accompagnement qu’on offre, ce n’est pas un plan uniforme qu’on applique à tous. […] Je suis là, je les accompagne, mais je ne fais pas le travail à leur place. Je vais les outiller pour les orienter aux bonnes places, aux bonnes personnes, pour les faire réfléchir sur leur projet», note-t-il.

La communauté entrepreneuriale ne cache pas sa joie en ce qui concerne le projet et la présence François St-Martin. On considère qu’il est une force pour le projet.

«J’en suis très fière. De plus, c’est toujours gratifiant de voir des jeunes développer et mettre en pratique les qualités entrepreneuriales comme la créativité et la solidarité. À tout coup, la fierté et l’estime de soi sont perceptibles», ajoute Karine Genest directrice de la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan.

«Une cible qu’on priorise, c’est la culture entrepreneuriale. C’est semer, voir grandir, arroser, mettre de l’engrais, c’est un peu ce que l’on fait avec nos jeunes en ce moment à la communauté entrepreneuriale et dans Shawinigan au grand complet», ajoute-t-elle.

Ce service gratuit s’adresse donc à tout jeune ayant un intérêt à créer ou faire grandir sa petite entreprise.