Parce qu'elle a vécu de près la reconversion économique d'une ville au riche passé industriel, la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan a été invitée à participer au Rendez-vous national de la main-d'oeuvre, qui se déroulera les 16 et 17 février à Québec. On voit ici l'ancienne usine Belgo.

La CCIS représentera les régions

Parce qu'elle a vécu de près la reconversion économique d'une ville au riche passé industriel, la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan a été invitée à participer au Rendez-vous national de la main-d'oeuvre, qui se déroulera les 16 et 17 février à Québec.
Martin St-Pierre
Marie-Odile Pinet, conseillère en communication à la Fédération des chambres de commerce du Québec, explique que le gouvernement souhaitait bénéficier de cette expérience particulière.
«Shawinigan représentait une région qui a vécu une transformation importante», raconte la porte-parole. «Il a fallu créer une nouvelle façon de faire les choses, avec le développement d'un hub technologique. La région s'est renouvelée et pour l'enjeu de la main-d'oeuvre, on parle d'un bassin d'employés différent.»
«Le gouvernement a sollicité la FCCQ pour avoir des suggestions et nous avons été en mesure de dire que Shawinigan serait un bon représentant d'une région qui a vécu une transformation importante», ajoute Mme Pinet.
La CCIS déléguera son directeur général, Martin St-Pierre, à cette occasion. Il s'attend à intervenir jeudi soir, sur le thème du développement économique et des enjeux de disponibilité de la main-d'oeuvre.
«C'est un événement national qui sera présenté en présence du premier ministre et de plusieurs ministres», fait-il remarquer. «Je représenterai la seule chambre de commerce en région dans la délégation. C'est un gros événement dont l'objectif sera d'échanger sur les problématiques de main-d'oeuvre et de définir un portrait global des besoins.»
Partie remise
Par ailleurs, M. St-Pierre s'attend à pouvoir reprendre son déjeuner conférence avec Jacques Nantel, professeur au département de marketing chez HEC Montréal, qui devait se déplacer à l'Auberge Gouverneur le 7 février pour parler du centre commercial du futur.
«Il a eu de petits ennuis de santé», précise M. St-Pierre. «C'est très dommage, parce que la participation s'annonçait bonne.» Une quarantaine de personnes avaient réservé leur place. Le directeur général a appris la mauvaise nouvelle deux jours avant l'activité.
La CCIS veut reprendre le tout avant la fin du calendrier 2016-2017, en juin. Le prochain déjeuner conférence est prévu le 4 avril au DigiHub, mais l'identité de l'invité n'est pas encore connue.
Le 6 décembre, la CCIS avait également dû reporter une activité semblable, cette fois par manque d'intérêt.