Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les jeux extérieurs ont la cote, surtout depuis le premier déconfinement. Il y a le spikeball, mais aussi plusieurs autres activités.
Les jeux extérieurs ont la cote, surtout depuis le premier déconfinement. Il y a le spikeball, mais aussi plusieurs autres activités.

Jeux extérieurs : les détaillants prêts à faire face à la folie

Paul-Robert Raymond
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les jeux extérieurs ont la cote, surtout depuis le premier déconfinement. Il y a le spikeball, mais aussi plusieurs autres activités que l’on peut faire entre parents et amis riment avec bonnes affaires pour les commerçants.

Au cours de la dernière année, le spikeball a connu une forte popularité. Tellement qu’il y a eu une pénurie d’ensembles de jeu chez les détaillants. Cette année, on peut constater que les stocks sont au rendez-vous.

Le jeu est devenu populaire au point où l’humoriste Arnaud Soly a pastiché le premier ministre François Legault «interdisant le spikeball dans les parcs» dans l’un de ses récents doublages vidéo.

Dans les magasins d’articles de sport, comme le Sports Experts à Fleur de Lys, à Québec, les piles de spikeball sont omniprésentes. Tout comme les autres produits déclinés sous d’autres appellations — smashball, pickleball, skip ball, etc. Il y a même une version pour jouer le soir venu, le Spike Brite!

Au cours de la dernière année, le spikeball a connu une forte popularité.

«C’est le jeu le plus en vogue depuis un an et demi», confirme Christophe Boucher, directeur des ventes et du marketing chez le Groupe Boucher, propriétaire des franchises Sports Experts de la région de Québec. «Autant le spikeball et les autres variantes. Ça se transporte bien et on peut jouer à peu près n’importe où, pourvu qu’il y ait de l’espace.»

Jeux nautiques

Selon M. Boucher, à part les spikeball, les planches à bras (paddle board) sont très en demande. «On en garde un bon inventaire dans nos magasins», dit-il. «Aussi, tous les jeux gonflables connaissent une forte popularité. On dirait que la pénurie de vélos qu’on a connue l’an dernier a amené les gens à se renouveler dans le choix de leurs activités extérieures.»

Les kayaks sont également en forte demande. Pratiquement au même titre que les vélos. M. Boucher souligne d’ailleurs que les consommateurs achètent leurs vélos plus tôt qu’avant la pandémie.

Idées originales

À la boutique L’Inventaire, où l’on peut se procurer des trouvailles et des inventions dans le quartier Saint-Roch, on propose d’autres jeux tout aussi originaux qui se jouent en respectant la distanciation physique de deux mètres.

«La pandémie de COVID-19 a beaucoup changé les habitudes des gens quant à leurs loisirs entre amis. Il y a eu beaucoup de jeux dans les parcs», affirme Julie Simard, directrice de la boutique.

Si on cherche des jeux de fléchettes, d’anneaux de cordage ou des disques à lancer souples — moins durs pour les mains que les bons vieux Frisbees en plastique —, les idées ne manquent pas.

Mme Simard a un faible pour la balle qu’on peut lancer sur l’eau, fabriquée par Waboba qui se spécialise dans les jeux pour la plage. «Si vous n’êtes pas patients pour faire bondir des galets sur l’eau, cette balle est pour vous!» ajoute-t-elle. La super balle d’antan a aussi un rejeton. La Moon Ball, aussi fabriquée par Woboba, peut atteindre facilement la hauteur d’un étage quand on la fait bondir au sol.

Ces balles qu’on peut lancer sur l’eau, fabriquées par Waboba, sont pour ceux qui «ne sont pas patients pour faire bondir des galets sur l’eau». Vendues 12,99 $ à la boutique L’Inventaire.

Mais le jeu de ping-pong portatif avec un filet rétractable est le chouchou de Mme Simard. «Ce qui est intéressant avec ce jeu, c’est que le filet s’adapte pratiquement à toutes les largeurs de tables.»

Le chouchou de la directrice de la boutique L’Inventaire, le jeu de ping-pong portatif avec le filet qui s’adapte à pratiquement toutes les tables, offert à 43,99 $.

Chez Sports Experts, les jeux de fléchettes souples garnissaient aussi les tablettes. Parmi les curiosités, on a trouvé le Rocket Whistler XL. «Ça se lance comme un ballon de football, mais sans être obligé de faire un beau cigare. Ça vole sur une bonne distance et ça fait un bruit de roquette», explique M. Boucher.

Les jeux de raquettes, avec un moineau ou une balle (ou les deux à la fois fournis dans l’ensemble), ont toujours la cote.

L’ensemble Freestyle de raquettes avec moineaux et balles, de marque Outside Inside, 43,99 $ à L’Inventaire.

Quant aux quilles finlandaises, Mme Simard soutient que celles-ci connaissent un engouement une année sur deux. «L’année dernière, on a connu une grosse vague d’intérêt pour les quilles finlandaises», conclut-elle.

Les plus jeunes aventuriers trouveront aussi leur compte avec certains jeux comme la paire de jumelles, la loupe ou les walkies-talkies ayant une portée allant jusqu’à 250 pieds.

La plupart des jeux énumérés coûtent entre 9,99 $ et 50 $. Mis à part les jeux de balle au rebond. Celui arborant la marque de commerce Spikeball coûte 79,99 $.

Les fléchettes souples Outside Inside avec des cibles en cordage, 39,99 $ à la boutique L’Inventaire.

+

Un jeu issu des années 1980

Même s’il connaît une immense popularité depuis quatre ou cinq ans, le spikeball a été inventé dans les années 1980 par Jeff Knurek. Le jeu avait alors été acheté par Tomy Games en 1989 et nommé spikeball.

Il a fallu attendre jusqu’en 2008 pour que le jeu renaisse de ses cendres. Chris Ruder a fait les démarches pour récupérer le nom dont la marque de commerce était expirée. Il a alors déposé la marque.

Entre 2008 et 2013, les spikeball étaient uniquement vendus en ligne. L’année suivante, le jeu était offert en magasin.

D’ailleurs, selon l’Office québécois de la langue française (OQLF), il faudrait plutôt dire «balle au rebond» ou «balle volée». Le terme spikeball réfère à la marque de commerce et a été lexicalisé. L’OQLF a proposé ces termes en décembre 2019 pour désigner ce concept de jeu extérieur. Paul-Robert Raymond