Investissement Québec

Investissement Québec défend les primes versées à ses employés

Investissement Québec a défendu les primes versées à ses effectifs, mais a reconnu que ses objectifs ne sont pas assez contraignants.
En commission parlementaire mercredi, la direction du bras financier du gouvernement est revenue sur la controverse entourant les primes accordées à son personnel.
Au début de septembre, on avait appris que les primes annuelles chez IQ restaient à peu près les mêmes depuis 2011, en dépit du fait que le résultat net était en baisse du tiers, de 96 millions $ en 2014-2015 à 67 millions $ en 2015-2016.
Les 10 vice-présidents d'IQ ont partagé entre eux 663 000 $ en primes, soit une moyenne de 66 275 $ par personne. De son côté, le personnel a aussi eu droit à des primes, mais plus modestes. Pas moins de 85 pour cent des effectifs totaux de 500 personnes ont touché une prime.
Devant la commission de l'administration publique, le président-directeur général, Pierre Gabriel Côté, a d'abord justifié les bonis à tout le personnel, syndiqués inclus, au nom d'un principe de «mobilisation» des employés.
Il a aussi défendu l'ampleur des enveloppes versées, qui correspondrait à ce qui se fait ailleurs dans d'autres organisations similaires.
«Tout ça doit être bien pondéré, mais le niveau de bonis par échelons dans l'organisation a été à ce moment-là (en 2011) calibré selon les normes du marché», a expliqué M. Côté.
Mais du même souffle, il a reconnu que le problème se trouvait ailleurs, dans la fixation des objectifs d'IQ. On pourrait en exiger davantage de cette société.