Le directeur général de Pluritag, Guillaume Parenteau, le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, et le président-directeur général d’Epsilia, Alain Lemieux.

Investir 1,3 million $ dans l’industrie 4.0

Trois-Rivières — Par l’entremise du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie, la gouvernement du Québec accorde une aide financière totalisant près de 593 000 $ aux entreprises Epsilia et Pluritag de Trois-Rivières pour soutenir la réalisation de projets représentant, en tout, des investissements de 1 297 000 $.

D’abord, une aide gouvernementale de 342 884 $ est attribuée à Epsilia afin d’appuyer la concrétisation d’un projet évalué à 722 000 $. Celui-ci vise l’acquisition d’équipements spécialisés et la mise en place d’un service de recherche et développement, qui permettra d’inclure davantage les composantes de l’industrie 4.0 dans les solutions intégrées de gestion des opérations offertes par l’entreprise. De plus, le projet comprend des démarches de commercialisation sur les marchés canadien et américain.

Ensuite, une contribution financière non remboursable de 250 000 $ est également versée à Pluritag pour soutenir la réalisation d’une initiative estimée à 575 000 $ et visant la mise à l’essai de la nouvelle étiquette d’identification DECAF, destinée aux producteurs agricoles, et sa commercialisation.

Epsilia figure parmi les entreprises technologiques canadiennes les plus importantes dans le domaine de la traçabilité. Elle conçoit, développe et commercialise des solutions de gestion des opérations à l’intention des entreprises actives, notamment, dans les secteurs manufacturier et agroalimentaire, et ceux du transport et de la logistique.

Quant à Pluritag, l’entreprise conçoit et fabrique des étiquettes d’identification électronique permettant d’automatiser des procédés destinés, entre autres, au domaine de la traçabilité alimentaire, manufacturière et industrielle.

«Epsilia et Pluritag font partie des entreprises mauriciennes innovantes et visionnaires, qui donnent un nouvel élan à notre économie sur des marchés en pleine effervescence. Nous sommes donc fiers de contribuer à la réussite de leurs initiatives, favorisant la vitalité économique de notre région et son virage vers l’industrie 4.0», a commenté le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, lors de l’annonce de mardi.

Selon lui, il s’agit de deux exemples de projets structurants provenant de deux entreprises complémentaires «qui travaillent ensemble». «Avec un taux de chômage qui est passé de 7,3 % à 4,5 % en un an, il y a des entreprises qui se développement et grandissent», a-t-il fait remarquer.

«En aidant Epsilia et Pluritag à commercialiser leurs produits sur de nouveaux marchés, nous permettons à des entreprises dynamiques de notre région d’assurer leur croissance et leur compétitivité à l’international. Des projets comme ceux-ci génèrent des retombées considérables pour l’économie régionale, en plus de renforcer la réputation d’excellence de la Mauricie et de tout le Québec dans le domaine de la traçabilité alimentaire», a indiqué par voie de communiqué la ministre régionale, Julie Boulet.

«La prospérité du Québec va de pair avec l’essor de nos entreprises et le développement économique de toutes nos régions. C’est pourquoi il est important de soutenir des projets comme ceux d’Epsilia et de Pluritag, qui diversifient et stimulent notre économie dans des secteurs d’avenir, tels que la traçabilité alimentaire et manufacturière», renchérit de la même façon le ministre délégué aux PME, Stéphane Billette.

Pour le président-directeur général d’Epsilia, Alain Lemieux, la numérisation des entreprises représente une «fenêtre d’opportunité immense». «Avant, les gros bouffaient les petits. Maintenant, les vites bouffent les lents», a-t-il affirmé en conférence de presse.