Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, et la Secrétaire d’État auprès du premier ministre, chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel.

Intégration professionnelle des personnes en situation de handicap: Stratégie de 238,5 M$

Trois-Rivières — Voulant faire profiter le Québec de tous ses talents, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, poursuit sa Grande corvée 2.0 en visant maintenant l’intégration professionnelle des personnes en situation de handicap.

Pour y arriver, le gouvernement injecte 238,5 millions de dollars sur cinq ans pour financer les 33 mesures de la Stratégie nationale pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées 2019-2024.

Cette démarche vise à réduire l’écart entre le taux d’emploi des personnes handicapées et celui des personnes sans incapacité. Ainsi, dans un contexte de rareté de main-d’œuvre, il est estimé qu’un bassin de près de 250 000 personnes en situation de handicap pourrait intégrer le marché du travail.

Avec cette offensive, le gouvernement souhaite encourager les employeurs à choisir cette main-d’œuvre sous-représentée sur le marché du travail.

Le ministre a mis les jeunes au cœur de cette stratégie. Ainsi, dès cette année, ils pourront se prévaloir d’un nouveau service d’accompagnement qui favorisera leur transition de l’école vers la vie active.

De plus, ils seront mieux encadrés en ce qui concerne l’orientation scolaire. Ils recevront un guide sur l’utilisation des transports en commun pour leurs déplacements et bénéficieront de mesures facilitantes pour trouver un emploi d’été ou un premier emploi.

Parmi les autres mesures-phares, notons la création de 400 postes permanents dans les entreprises adaptées et l’augmentation de 500 nouveaux participants dans les Contrats d’intégration au travail (CIT). Grâce au programme CIT, un employeur peut obtenir un soutien salarial allant jusqu’à 85 % et recevoir une aide financière pour adapter l’environnement de travail aux besoins du travailleur nouvellement embauché.

La Stratégie prévoit aussi la création d’outils pour sensibiliser et accompagner les entreprises en matière de ressources humaines pour l’embauche et le maintien en emploi de personnes en situation de handicap. Une activité nationale de reconnaissance pour souligner la contribution exceptionnelle des employeurs à l’intégration professionnelle, au maintien en emploi et à la progression professionnelle y figure également. De cette manière, le ministre souhaite mettre en valeur les bonnes pratiques chez les employeurs.

«Bien que le marché du travail actuel engendre des défis de taille pour les entreprises sur le plan de la main-d’œuvre, il offre de formidables opportunités pour toutes les personnes qui souhaitent y accéder et atteindre leur plein potentiel. La Stratégie permettra de faciliter l’accès à un emploi des personnes handicapées et outillera les entreprises en ce sens», a commenté le député de Trois-Rivières.

D’ailleurs, dans la foulée de la Semaine nationale des personnes handicapées, qui a débuté le 1er juin, celui-ci a profité de son récent séjour en France pour rencontrer la Secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel. Ils ont échangé sur les meilleures pratiques d’intégration et de maintien en emploi de celles-ci.

Le ministre responsable de la Mauricie a également rencontré le président de l’Union Nationale des Missions Locales, Jean-Patrick Gille. Modèles particulièrement intéressants, ces missions sont présentes sur l’ensemble du territoire français et ont pour objectif d’accompagner les jeunes de 16 à 25 ans dans leur parcours d’insertion professionnelle et sociale.

Par ailleurs, il dresse un bilan positif de sa visite à la 20e édition des Journées Québec à Paris qui avait lieu les 1er et 2 juin derniers.

Parmi les 115 entreprises présentes, on en retrouvait deux de Shawinigan, Elmec, qui se démarque dans le développement de bornes de recharge, et ICO Solutions, une entreprise spécialisée dans les technologies de l’information.

«J’ai pu constater les bénéfices directs d’une telle opération tant pour nos employeurs que pour les chercheurs d’emploi en quête de nouveaux défis au Québec. Notre gouvernement est fier de soutenir ces journées qui permettent de surmonter une partie des défis propres à la rareté de la main-d’œuvre», a conclu M. Boulet.