Les employés de l’Imprimerie Marquis, à Louiseville, bénéficieront d’une augmentation salariale de 12 % sur les quatre prochaines années, une mesure de rattrapage après avoir fait plusieurs concessions lors de la précédente négociation.

Imprimerie Marquis: les employés acceptent la nouvelle convention collective

LOUISEVILLE — Les employés de l’Imprimerie Marquis, à Louiseville, ont accepté à 80 % vendredi ce qui deviendra leur nouvelle convention collective. Cette dernière prévoit des augmentations salariales de 12 %, des ajustements salariaux allant jusqu’à 4 % et la promesse d’investissements dans l’usine afin d’assurer sa pérennité.

Selon le communiqué envoyé vendredi par le syndicat Unifor, l’augmentation de 12 % compensera les concessions accordées à l’employeur lors de la signature de la précédente convention collective des employés. Ceux-ci avaient à l’époque accepté une baisse de salaire de 8 % et la perte de certains avantages sociaux, dont une diminution de la contribution de l’employeur à leur régime de retraite et la disparition de leur assurance de soins dentaires.

«À l’époque, les employés avaient constaté que c’était nécessaire de faire des concessions pour assurer la pérennité de l’usine, explique John Caluori, adjoint au directeur québécois d’Unifor. Mais là, nos membres étaient déterminés à retrouver l’équilibre qu’ils avaient la perception d’avoir perdu et étaient déterminés à prendre les moyens nécessaires pour y arriver.»

Marquis imprimeur s’engage également, dans la nouvelle convention collective, à investir dans l’usine de Louiseville, avec l’achat d’une nouvelle presse et d’une relieuse. Ces investissements sont la condition pour que l’entente, prévue sur trois ans, soit prolongée une quatrième année. Cette mesure devrait garantir la pérennité des emplois, selon Unifor.

«Ça fait partie des approches de négociation qu’Unifor utilise, indique M. Caluori. Quand on est capable de négocier une convention collective et d’y attacher des investissements, ça devient plus intéressant pour assurer le maintien des emplois à long terme.»

Serge Loubier, président de Marquis imprimeur, propriétaire de l’imprimerie de Louiseville.

La convention collective des employés de l’Imprimerie Marquis était échue depuis juin 2018.

Négociateurs efficaces

«Je suis très satisfait de cette entente, se réjouit Serge Loubier, président de Marquis imprimeur, propriétaire de l’usine de Louiseville. Ça n’a pas été facile, on a eu recours à un conciliateur, mais on est très contents du résultat.»

Les 125 employés de l’usine avaient haussé le ton, en décembre dernier, en adoptant un mandat de grève dans l’éventualité d’une impasse dans les négociations. Le recours à ce moyen de pression n’a finalement pas été nécessaire.

Malgré tout, M. Loubier assure que les relations entre employeur et syndiqués sont «excellentes». Il a même félicité le comité de négociation nommé par les employés de l’usine.

«Ils ont négocié jusqu’à la fin, ils nous ont poussés dans nos derniers retranchements, reconnaît-il. Ces employés sont très soudés, mais ils sont aussi conscients des enjeux au sein de notre marché.»

Marquis imprimeur avait racheté l’imprimerie Gagné de Louiseville, qui appartenait à Transcontinental, en 2012.

L’imprimerie de Louiseville, anciennement Imprimerie Gagné, a été rachetée en 2012 par Marquis imprimeur en 2012. L’entreprise appartenait alors à Transcontinental.