Mario de Tilly, directeur général d’IDE TRois-Rivières.

IDE prolonge la quarantaine... et met les bouchées doubles

Trois-Rivières — La crise que vivent de nombreuses entreprises de Trois-Rivières depuis les mesures mises en place par le gouvernement Legault force Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières à mettre les bouchées doubles pour venir en aide à tous les entrepreneurs qui en auraient besoin. Et alors que la quarantaine imposée aux employés du bras économique de la Ville de Trois-Rivières aurait dû prendre fin au cours des dernières heures, la quarantaine se prolonge pour tous, qui continuent de se retrousser les manches mais à partir de la maison.

Le directeur général d’IDE Trois-Rivières rappelle avec raison que pas moins de cinq employés de l’endroit ont été frappés par la pandémie, et que plusieurs collègues ont aussi été en contact avec ces gens. «On va maintenir la quarantaine. Évidemment, les employés qui sont infectés sont en quarantaine obligatoire, et c’est la même chose pour ceux qui ont été en contact avec eux. Pour les autres, on maintient quand même une quarantaine préventive. Il faut prendre nos responsabilités», considère Mario de Tilly.

Dans ce contexte, tout a été mis en place pour faciliter le travail à la maison et, pour ceux qui sont concernés, la conciliation avec la vie de famille. Et même si le niveau de la crise demande un effort colossal, Mario de Tilly est infiniment reconnaissant de voir que chacun met l’épaule à la roue.

«On a donné un accès très restreint à nos employés qui n’étaient pas porteurs et qui avaient besoin de venir chercher du matériel au bureau, mais ça a été très bref. Aucun client, aucun fournisseur n’a accès à nos bâtisses qui demeurent toutes fermées. On administre un remède de cheval, mais c’est nécessaire. Je compatis sérieusement avec nos employés qui sont infectés car ce n’est pas un petit rhume saisonnier», indique Mario de Tilly, se faisant tout de même rassurant sur l’état de santé de chacun d’eux.

Ligne de front

Déjà sur la ligne de front, IDE a rapidement mis en place deux fonds d’aide totalisant 1,1 $ pour venir en aide aux entreprises locales. Or, Mario de Tilly assure que son équipe planche pour que l’aide soit plus importante que ça.

«Nous recevons un nombre abominable de demandes de la part des entreprises touchées par la crise. On travaille en collaboration avec la Ville à la mise en place d’une cellule de relève, qui permettra aussi aux gens de pouvoir se relever une fois que ce sera passé. Mais il y aura des décisions à prendre. Notre objectif est d’offrir davantage d’aide financière à nos entrepreneurs et nos commerçants», espère Mario de Tilly.

Entre-temps, le directeur général d’IDE Trois-Rivières invite les entreprises qui en ont besoin à remplir les formulaires sur le site idetr.com afin de faire une demande d’aide financière, et ce, même s’ils croient ne pas entrer dans les critères qui sont énoncés.

«Ce sont des critères qui nous sont imposés présentement par les gouvernements, mais j’ai bon espoir que dans le contexte actuel, il y aura élargissement des critères d’aide. Lorsque ça arrivera, les entreprises seront déjà en file pour obtenir l’aide espérée. Alors oui, j’invite tous les entrepreneurs et les commerçants à placer une demande, peu importe les critères», mentionne-t-il.