L'emplacement du projet Manouane Sipi a été modifié dans sa nouvelle mouture.

Hydro-Québec dit oui à Manouane Sipi

LA TUQUE — Le projet hydroélectrique Manouane Sipi verra vraisemblablement le jour d’ici 2024. C’est ce qu’a annoncé la Ville de La Tuque, mardi, lors de l’assemblée publique. Hydro-Québec a donné le feu vert au projet lors de la signature du contrat d’approvisionnement en électricité à Trois-Rivières vendredi dernier. La construction pourrait coûter environ 100 millions $.

«On doit respecter les engagements qui ont été pris à l’époque, c’est pour ça qu’on a finalisé l’entente pour ce projet-là. […] C’est un contrat d’achat d’électricité selon les conditions qui étaient dans le programme en terme de tarifs et de durée de contrat», a indiqué Louis-Olivier Batty, porte-parole d’Hydro-Québec.

On apprend dans le document signé le 15 février 2019 que la centrale, incluant le poste de départ, sera construite sur des terres du domaine de l’État, dans la municipalité de Ville de La Tuque. La centrale sera située près des rives du lac Châteauvert alors que la prise d’eau est localisée près des rives du lac Manouane.

Le projet hydroélectrique Manouane Sipi est sur les rails depuis 2010 avec les Atikamekw de Wemotaci pour générer une nouvelle source de revenus. Le projet de minicentrale avait été temporairement mis sur la glace au début de 2013 avant d’être relancé à l’automne 2014.

À l’automne 2017, les partenaires du projet Manouane Sipi, la Ville et le Conseil des Atikamekw de Wemotaci, ont fait appel à la division Énergies de la compagnie Kruger comme gestionnaire. On misait sur l’expertise de Kruger pour faire progresser le projet, l’entreprise n’est toutefois pas signataire du contrat d’approvisionnement en électricité avec Hydro-Québec.

Il y aura deux groupes turboalternateurs et la puissance sera de 22 mégawatts. L’énergie livrée est estimée, dans le contrat, à 103 900 MWh pour une année contractuelle.

Le contrat est en vigueur depuis sa signature et se termine après que se soit écoulée une période de 20 ans, après le début des livraisons.

«À l’expiration de cette durée, le contrat pourra être renouvelé pour une période additionnelle de 20 ans aux conditions qui auront alors été fixées par le distributeur», est-il indiqué.

Le projet Manouane Sipi est un important projet économique chéri par la Ville de La Tuque. Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, n’a pas caché sa joie concernant la signature de cette entente, mardi soir. «C’est une signature historique. C’est un projet historique […] On était très fébrile. C’était un dossier de longue haleine», a commenté M. Tremblay.

«On pense qu’on a bon espoir de la voir en service avant 2024, la construction ça prend un an ou 18 mois environ», a-t-il ajouté.

Ce dernier a confirmé que le projet devrait rapporter en 40 ans un montant de 60 millions de dollars à la municipalité.

«On est emballé et on a de la misère à le cacher, mais on veut rester humble à l’intérieur de ça. C’est un très beau projet. C’est une signature verte, c’est un projet de développement économique important. On souhaite en avoir d’autres, j’espère que les gens réaliseront tout le travail et la réussite vers laquelle on s’en vient», a-t-il lancé.

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pourrait également tenir des audiences sur le projet.

«Effectivement, ça pourrait être un projet qui pourrait passer devant le BAPE», a fait savoir M. Batty.

Deux autres projets de minicentrales qui remontent au même programme d’achat que celui de Manouane Sipi sont encore dans les plans; il s’agit de ceux de Chute du Six Milles et Chute du Quatre Milles situés sur la Côte-Nord.