Guy Desbiens, nouveau propriétaire d'Infinition.

Guy Desbiens prend la relève d'Infinition

L'entreprise trifluvienne Infinition, spécialisée dans la conception et la fabrication de radars à effet Doppler et de radars balistiques, change de mains. Les fondateurs Jean-Luc Gagnon et France Levasseur ont pu assurer la relève de l'entreprise en confiant les rennes à Guy Desbiens, ingénieur électrique qui travaillait déjà pour l'entreprise depuis 2008.
Grâce à un investissement de 500 000 $, réalisé en partie à l'aide de plusieurs partenaires, Guy Desbiens pourra poursuivre les activités de l'entreprise à Trois-Rivières et ainsi consolider la dizaine d'emplois qui y sont rattachés. «J'ai toujours souhaité devenir entrepreneur, alors quand l'occasion s'est présentée, je n'ai pas pu dire non. C'est une entreprise innovante à Trois-Rivières et je suis content d'en assurer la relève et de maintenir chez nous des emplois de qualité», assure Guy Desbiens, qui confie que l'entreprise aurait pu être vendue à des intérêts américains en raison de sa spécialisation et de la demande.
Pour y parvenir, M. Desbiens a pu bénéficier de l'aide d'IDÉ Trois-Rivières et de ses différents fonds dont le Fonds local d'investissement et le Fonds local de solidarité qui ont accordé un prêt de 56 000 $ chacun. Une subvention de 10 000 $ provenant du Fonds jeunes promoteurs a aussi été octroyée.
Outre les marchés commerciaux qui s'intéressent aux différents produits offerts, Infinition a développé, au cours des dernières années, une technologie pour le grand public permettant de mesurer avec une extrême précision la vitesse d'un projectile. Le LabRadar, bien qu'il se détaille à 559 $ US, a obtenu des éloges de grands spécialistes disant qu'il était aussi précis que des produits se détaillant à près de 50 000$, selon M. Desbiens.
L'entreprise a d'ailleurs doublé ses prévisions de vente depuis le début de l'année, et distribue le produit au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Australie auprès de la clientèle générale, une clientèle que l'entreprise cherchait aussi à développer en plus de sa clientèle commerciale et institutionnelle.