Le directeur des salons de jeux du Québec, Gino Lessard, n’est pas peu fier des dix ans de l’ancien Ludoplex à Trois-Rivières.

Grande célébration au Salon de jeux de Trois-Rivières

Trois-Rivières — En 2007, le Salon de jeux de Trois-Rivières, anciennement appelé Ludoplex, ouvrait ses portes sur le site de l’hippodrome. Et c’est par une grande célébration organisée ce vendredi soir que le dixième anniversaire sera souligné après avoir connu des débuts plutôt difficiles.

Lors de cette soirée festive animée par Guy Mongrain et Claudia Ébacher, il y aura de nombreux prix à gagner: un gros lot de 10 000 $, 4 lots de 1000 $, 5 lots de 500 $, 10 lots de 100 $ et 10 forfaits d’une valeur de 100 $.

Une décennie après son lancement, qui fut marqué par un faible achalandage dans les premières années, le succès du Salon de jeux de Trois-Rivières ne se dément pas avec des résultats positifs pour les six premiers mois de l’année financière 2017-2018, soit du 1er avril au 30 septembre. Ainsi, plus de 138 000 visiteurs y ont été accueillis, soit 8,6 % de plus qu’à la même période l’année précédente, le bénéfice d’exploitation s’élève à 3 266 000 $, en progression de 34 % et les revenus sont de 8 307 000 $, une amélioration de 18 %.

Tout un contraste avec les bilans de l’époque. Par exemple, pour l’exercice financier 2008-2009, le salon de jeux du boulevard des Forges avait essuyé des pertes de plus de 6,6 millions de dollars. Et même en 2011, on y perdait encore de l’argent.

À l’ouverture, on y trouvait alors des appareils de loterie vidéo et d’autres produits de divertissement, comme du golf et du hockey virtuels, du billard, un service de restauration et un bar. Aujourd’hui, il offre un environnement de jeux électroniques complet: machines à sous et appareils de black jack, de roulette et de keno, pour un total de 197 appareils de jeu.

«On a fait évoluer de beaucoup notre offre de jeux et de divertissement. À l’époque, il y avait juste des appareils de loterie vidéo, les mêmes que dans les bars et brasseries de la province. On a ajouté du poker, de la roulette, du black jack, des appareils de machine à sous et on a fait l’introduction des promotions animées, une fois, deux fois et trois fois par semaine», décrit le directeur des salons de jeux du Québec, Gino Lessard.

Depuis le début des salons de jeux du Québec, les occasions de célébrer ont d’ailleurs été nombreuses : plus de 250 promotions ont été organisées, ce qui a permis de remettre plus de 2,2 millions de dollars en lots, des gros lots allant jusqu’à plus de 60 000 $ ont été remis grâce aux appareils de jeu, 11 voitures ont été remportées, 22 voyages ont été offerts, des artistes de renom, tels que Roch Voisine, Luce Dufault, Sylvain Cossette, Mario Pelchat et Les Grandes Gueules, y ont offert des performances et une demande en mariage a même été faite au Salon de jeux de Québec.

«Depuis 10 ans, les salons de jeux s’inscrivent dans le paysage du divertissement des régions de Trois-Rivières et de Québec», commente François Tremblay, président des opérations de la Société des établissements de jeux du Québec.

«Le plaisir et la satisfaction de notre clientèle sont au cœur de nos priorités. Les bons résultats des dernières années nous démontrent d’ailleurs que les gens apprécient de plus en plus notre offre», renchérit M. Lessard.

En entrevue, celui-ci admet toutefois que «ce fut un travail de longue haleine et très ardu». «Ce qui a fait le succès des salons de jeux dans ces dix dernières années, c’est l’écoute qu’on a eue de notre clientèle. On essaie autant que faire se peut d’écouter, d’entendre et de comprendre ce que nos clients veulent avoir, ce qu’ils aiment. On a une équipe très créative, qui a pondu des promotions animées qui répondaient justement à un besoin de divertissement de cette clientèle. Ils nous l’ont prouvé en venant année sur année, et principalement, depuis les cinq dernières années, encore plus, en plus grand nombre», explique-t-il.

Selon lui, le Salon de jeux de Trois-Rivières s’est imposé en dix ans comme une destination de choix en matière de divertissement en Mauricie. «Les bons résultats le démontrent: le Salon est devenu un incontournable dans la région. On a très bien réussi à s’ancrer. On est aussi en train de regarder d’autres opportunités qui pourraient être envisageables pour le deuxième étage. Loto-Québec a dans son objectif d’ajouter du divertissement dans le jeu», a conclu M. Lessard.