Denis Morin, directeur général de la communauté entrepreneuriale, estime que plusieurs indices démontrent une volonté croissante de se lancer en affaires à Shawinigan.

Forum entrepreneurial: indice du chemin parcouru

SHAWINIGAN — Exactement dix ans après l’annonce de la fermeture de l’usine Belgo, la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan dévoilera, mercredi, les derniers indicateurs qui démontreront tout le chemin parcouru pour inciter la population à se lancer en affaires depuis l’inoubliable secousse du 29 novembre 2007.

Les organisateurs de ce troisième forum entrepreneurial assurent qu’ils n’ont pas voulu faire un amical pied-de-nez au passé en présentant cet événement à la date du dixième anniversaire de l’annonce de la fermeture de la papeterie qui embauchait 560 travailleurs. Après avoir atteint le fond du baril à la suite de l’annonce d’AbitibiBowater, Shawinigan s’est mise en action pour amorcer le fameux virage entrepreneurial tant souhaité et tout porte à croire que les indicateurs qui seront dévoilés mercredi en constitueront une autre preuve éloquente. Une douce revanche par rapport aux sombres perspectives qui planaient sur la communauté il y a dix ans.

La mesure phare de ce bilan donne un aperçu de la proportion de la population qui a exprimé une intention d’entreprendre. En 2009, seulement 5,6 % des Shawiniganais qui avaient répondu au sondage réalisé par Léger Marketing pour la Fondation de l’entrepreneurship avaient confirmé cette volonté. Quatre ans plus tard, cette intention était passée à 7,1 %. Une évolution positive, mais moins rapide que dans l’ensemble du Québec, où ce désir était passé de 7,8 % à 12,3 % au cours de la même période.

En 2013, les intervenants locaux s’encourageaient surtout du fait que 29,6 % des 18 à 34 ans avaient exprimé une intention d’entreprendre, alors que la moyenne provinciale s’établissait à 25 %. Le taux de démarche d’entreprendre au cours des douze derniers mois dans la même tranche d’âge faisait aussi bien paraître le milieu, puisqu’il était estimé à 9,6 % à Shawinigan comparativement à 7,4 % au Québec.

Toutes ces données seront mises à jour mercredi. Mais à entendre les divers intervenants économiques, l’intérêt vers l’entrepreneuriat ne fait que s’accentuer à Shawinigan.

Denis Morin, directeur général de la communauté entrepreneuriale, cite l’exemple des résultats d’une consultation auprès des clientèles de la  formation professionnelle et collégiale. Depuis cinq ans, plus de 1300 adultes ont été interrogés dans le cadre d’ateliers de sensibilisation à l’entrepreneuriat. Une trentaine d’activités étaient organisées chaque année. La grande majorité des participants étaient âgés de 18 à 34 ans.

En 2015-2016, 405 personnes ont été consultées avant ces ateliers et 381 après ceux-ci. Il ressort notamment que ces exercices renforcent clairement les perceptions. Par exemple, quand on demande aux participants si l’entrepreneuriat apporte des solutions à un besoin ou à un problème réel dans la communauté, 86,4 % se montrent d’accord avant l’activité. Après celle-ci, cette proportion passe à 92,9 %. De plus, 62 % de cette clientèle considérait que l’école avait permis de réfléchir à la possibilité de devenir entrepreneur avant cette animation. Après, cette perception bondissait à 75,6 %.

Autre donnée révélatrice, 67,4 % des répondants croyaient posséder les qualités pour devenir entrepreneur avant l’activité. Après celle-ci, le torse se bombait puisque cette proportion passait à 77,2 %. L’intention d’entreprendre après l’obtention d’un diplôme suivait la même tendance, passant de 45,9 % avant les animations à 58,5 % après celles-ci. À noter qu’en 2011-2012, cet attrait pour l’entrepreneuriat s’établissait à 52,3 % après avoir participé à cette activité.

«On sait que l’intention d’entreprendre est toujours le futur entrepreneurial d’une communauté», fait remarquer M. Morin. «Nous avons donc une idée de ce que deviendra l’entrepreneuriat sur un territoire. Si on met en place une structure d’accompagnement, nous verrons les gens plus nombreux à s’inscrire dans une démarche de création d’entreprise.»

Notons que la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan accueillera une délégation française pour la présentation de ce troisième forum. La semaine prochaine, M. Morin accompagnera le maire, Michel Angers, à Dunkerque pour présenter les résultats de la démarche et de la progression des indicateurs entrepreneuriaux entre 2009 et 2017. Ils assisteront également à la présentation du premier bilan sur les intentions d’entreprendre dans cette ville du nord de la France. 

«Leurs indices ressemblent beaucoup, beaucoup aux nôtres en 2009», glisse M. Morin. «C’est une ville avec un tissu industriel assez important, avec ses activités portuaires et Rio Tinto. Elle vit un fort exode des jeunes; les gens ne sont pas au rendez-vous pour la création de petites et moyennes entreprises. Mais comme nous, la ténacité des entrepreneurs fait que les entreprises ferment moins et sont donc exploitées plus longtemps que la moyenne.»