Stéphane Boileau, directeur général de Tourisme Mauricie.
Stéphane Boileau, directeur général de Tourisme Mauricie.

Forfaits Explore Québec: bientôt le tour de la région

TROIS-RIVIÈRES — Ce ne serait plus qu’une question de jours avant que la plateforme Explore Québec puisse offrir des forfaits touristiques mettant en valeur la Mauricie et le Centre-du-Québec. Les deux régions qui, comme plusieurs autres régions centrales du Québec, brillaient par leur absence lors du lancement des forfaits mis en ligne et dont le gouvernement a fait la promotion il y a près de deux semaines, n’estiment toutefois pas avoir été oubliées de l’équation, alors que des régions comme la Gaspésie, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et le Bas-Saint-Laurent y étaient avantageusement mises en valeur.

Rappelons que Québec a annoncé il y a quelques jours la mise en ligne de forfaits Explore Québec afin d’inciter les Québécois, en ces temps de pandémie, à prendre leurs vacances au Québec. Une trentaine de forfaits qui proposent des séjours et des activités dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, du Bas-Saint-Laurent, dans le secteur de Duplessis, en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine, à Manicouagan et au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Pour Stéphane Boileau, directeur général de Tourisme Mauricie, de même que Yves Zhara, directeur général de Tourisme Centre-du-Québec, il n’y a pas matière à débat sur l’absence des deux régions, ou d’autres régions plus centrales lors du lancement des forfaits Explore Québec, bien au contraire. Stéphane Boileau explique que le principe d’Explore Québec existait avant la pandémie, sous le thème plus précis «Explore régions éloignées» et que les forfaits qui y étaient offerts étaient déjà des forfaits existants, permettant à la plateforme d’être lancée rapidement dans un contexte où le gouvernement devait se retrousser rapidement les manches pour inciter les Québécois à voyager au Québec.

«Nous aussi, nous avons soumis des forfaits, qui sont sur le point d’être approuvés. À mon avis, d’ici quelques jours, tout sera en ligne alors ce n’est pas problématique. Dans le cas des forfaits offerts actuellement, ils existaient déjà alors ça a été facile de les promouvoir pour démarrer ça rapidement», croit Stéphane Boileau.

Ce dernier fait remarquer que les régions qui sont présentement à l’honneur sur la plateforme sont davantage éloignées des grands centres que la Mauricie, et qu’on peut difficilement parler de «compétition déloyale». «Ce n’est pas ça du tout, et je ne vois rien de politique là-dedans. Au contraire. C’est une autre offre, et ça vise une clientèle qui veut se déplacer loin. Notre slogan est «La belle d’à côté», c’est justement parce qu’on est proche», considère M. Boileau.

«S’il avait fallu qu’on offre dès le départ des forfaits dans l’Estrie et Lanaudière, mais que nous n’y soyons pas, je ne tiendrais pas le même discours. Mais présentement, il n’y a pas d’incohérence», ajoute Stéphane Boileau, qui ne dit pas craindre de perdre une importante visibilité dans une période où les Québécois sont justement à planifier leurs projets de vacances.

À Tourisme Centre-du-Québec, on tient sensiblement le même discours et on se dit confiant de voir les forfaits touristiques être offerts au cours des prochains jours. «Ce sont souvent des régions qui avaient l’habitude de travailler avec ces agences et pour qui les forfaits existaient déjà. On sait que notre tour s’en vient, ça ne nous inquiète pas», commente Yves Zhara, directeur général de Tourisme Centre-du-Québec.