Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, s’est dit soulagé d’enfin offrir à ses citoyens un service de fibre optique.
Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, s’est dit soulagé d’enfin offrir à ses citoyens un service de fibre optique.

Fibre optique à Bécancour: la lumière au bout du tunnel

Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
BÉCANCOUR — Après cinq années «ponctuées de nombreux moments d’impatience», voilà que la Ville de Bécancour entrevoit une lueur d’espoir quant à la conclusion de ses efforts visant à desservir l’entièreté de ses citoyens en fibre optique.

Tout récemment, les travaux ont pu progresser un cran plus rapidement qu’ils ne l’ont fait au cours des derniers mois. Tout ça puisque la Ville a obtenu du Conseil de radiodiffusion et de télécommunication du Canada (CRTC) une autorisation d’établir certains chantiers sans nécessairement s’être dotée d’un permis au préalable.

«Enfin, on voit la fin de cet interminable processus arriver. Nous autres, notre voeu le plus cher serait qu’à la fin de la présente année, la grande majorité de nos habitants puissent avoir accès à la fibre optique», a témoigné le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

«C’est impressionnant de penser qu’entre le moment où on a adopté le premier avis de motion stipulant notre volonté d’aller de l’avant avec ce projet et aujourd’hui, il s’est passé cinq ans au total» a-t-il ajouté, rempli d’espoir à la vue du travail réalisé sur le terrain, qu’il a l’occasion de constaté quotidiennement.

Les travaux avaient jusqu’à présent progressé à pas de souris sur le territoire bécancourois. La municipalité elle-même s’était effectivement plainte à quelques reprises de la complexité d’obtenir des autorisations de la part des différentes entreprises de télécommunication y possédant des poteaux électriques.

«Nous avons éprouvé énormément de difficulté à faire avancer le projet en raison des règlements du CRTC. Ces derniers nous obligeaient à remplir une demande de permis pour chaque poteau sur lequel nous souhaitions oeuvrer», a indiqué le maire de Bécancour.

Celui-ci estime d’ailleurs qu’actuellement, le dossier est avancé à 70 %. Toute la partie sud du territoire comprenant les secteurs de Précieux-Sang et de Sainte-Gertrude ainsi que la portion rurale de la municipalité est effectivement desservie. Il ne reste donc, selon Jean-Guy Dubois, «que les extrémités de la ville à faire, soit Gentilly et Saint-Grégoire».

De longues négociations nécessaires

Par ailleurs, pour avancer petit à petit dans le dossier, le maire a été contraint d’approcher bon nombre d’entreprises de télécommunication détentrices de poteaux électriques afin de les convaincre que son projet avait suffisamment lieu d’être pour qu’il reçoive le feu vert de toutes les parties impliquées.

«Notamment, nous avons dû effectuer plusieurs négociations auprès de Bell Canada, qui possède Télébec, la compagnie qui détient la plupart des équipements télécommunicateurs de notre territoire. C’est plus long de contacter autant de gens, mais on n’a pas le choix de s’entendre avec tout ce beau monde-là si l’on veut procéder comme il se doit», s’est exclamé M. Dubois.

Rappelons qu’au moment où elle a pris la décision de desservir l’ensemble de son territoire en fibre optique, Bécancour est devenue «la toute première municipalité au Québec à se doter d’une licence de télécommunicateur».