Armande Frigon et Georges Tessier, propriétaires du Domaine le Grand duc.

Faire le lunch du réveillon pour 550 concitoyens

Que diriez-vous de recevoir 550 personnes pour le réveillon du jour de l'An? Armande Frigon et son conjoint, Georges Tessier, vont réussir ce défi puisque leur entreprise, le Domaine le Grand duc, est le traiteur officiel de la grande fête qui lancera, le 31 décembre au soir, les festivités du 350e anniversaire de Sainte-Anne-de-la-Pérade où l'entreprise est située.
Bon an mal an, cinq personnes oeuvrent dans les cuisines de ce traiteur péradien. Pour le grand réveillon communautaire, les effectifs seront doublés. Ce sont des employés occasionnels et exceptionnels qui viendront donner un coup de main: «Il y a une couturière très travaillante et polyvalente qui va venir aider, des gens à la maison qui ne peuvent travailler à plein temps, des membres de ma famille et des retraités», illustre Mme Frigon. Le groupe concoctera le buffet froid aux proportions gargantuesques en trois jours tout au plus. Certains donneront trois ou quatre heures de travail juste avant le souper.
Dans les cuisines du Domaine le Grand duc, il va donc régner une ambiance familiale, raconte celle qui gère aussi une salle de réception de 100 personnes. Certains de ses employés d'un jour profiteront de l'occasion pour aller fêter avec parents et amis après le souper, dit-elle. Avec 30 ans d'expérience, cette experte en a vu d'autres. Elle a déjà organisé un buffet pour 750 personnes, une commande de la Caisse populaire. Elle avait aussi servi 450 personnes, l'an dernier, lors de la soirée hommage au Dr Réjean Ruel qui tirait sa révérence après 40 ans dans sa profession.
Malgré tout, Armande Frigon reconnaît que le souci de la perfection blanchit trop souvent ses nuits alors qu'elle imagine comment telle sauce pourrait être encore meilleure ou comment améliorer tel coulis ou telle autre recette.
Les préparatifs de ce buffet froid festif et des bouchées qui, elles, seront servies à table au début du repas afin d'inciter les convives à prendre place, débutent une dizaine de jours avant l'événement. «Le défi le plus important, c'est de ne pas manquer de matériel», fait valoir l'entrepreneure.
Quatre grandes tables de service seront couvertes de salades variées, de sandwiches, de petits pains fourrés, de fromages et de feuilletés. Certains de ces éléments du buffet ne peuvent être préparés que le jour même, à la toute dernière minute, pour éviter que les pains ou les feuilletés deviennent humides. C'est là qu'entre en jeu la cavalerie d'employés sporadiques qui viendront en support à l'équipe régulière du Domaine.
Même si ce buffet sera un des temps forts du grand réveillon communautaire de Sainte-Anne-de-la-Pérade, Mme Frigon a hésité avant d'accepter d'accorder une entrevue sur ses préparatifs. «Je travaille dans l'ombre», fait-elle valoir en toute humilité. Son heure de gloire viendra plutôt, dit-elle, quand tout le monde aura pu manger à son goût et que ses efforts, finalement, auront été encore une fois couronnés de succès.