Jean-Sébastien Descôteaux, David Arseneault et Stéphane Elliott composent le trio à la tête de Divel qui a annoncé vendredi son expansion dans le carrefour industriel de la MRC de Maskinongé.

Expansion incontournable

LOUISEVILLE — Divel vit une belle croissance et a besoin d’espace pour poursuivre sur sa lancée. Voilà pourquoi le fournisseur de solutions automatisées en positionnement, manutention et d’entreposage prend de l’expansion en aménageant temporairement dans une partie du carrefour industriel de la MRC de Maskinongé en attendant d’agrandir ses propres installations situées à un jet de pierre dans le parc industriel régional de la MRC à Louiseville.

Divel investit 500 000 $ dans l’achat d’équipements, dans l’embauche de personnel et dans la location de ce local de 12 500 pieds carrés dans le but de doubler sa production. La montée en flèche du chiffre d’affaires en 2018 laisse prévoir une année 2019 avec un carnet de commandes bien garnie: Divel prévoit dépasser les trois millions de dollars en chiffre d’affaires cette année, comparativement à 1,7 million de dollars en 2017. Les prévisions pour 2019 sont de six millions de dollars.

«On a un projet d’expansion d’un million de dollars pour ajouter 12 000 pieds carrés à notre usine de 8000 pieds carrés. Depuis 2008, on a repoussé le plan d’expansion le plus possible, mais on ne pouvait plus continuer comme ça: on vidait l’atelier le matin pour aller en production et on le remplissait le soir! Pour répondre à la demande, il fallait aller vite, alors que construire un agrandissement, ça prend de six à huit mois avant d’être opérationnel. Si on reste ici une couple d’années, le plan d’agrandissement sera peut-être de deux millions de dollars», déclare Stéphane Elliott, président de la compagnie fondée en 2004, qui s’attend à voir le personnel passer de près de 20 travailleurs à environ 40 d’ici 2020.

Si les affaires vont si bien pour l’entreprise, c’est qu’elle a recentré ses activités sur la fabrication de produits standardisés au lieu de produire du sur mesure. Divel manufacture des véhicules autoguidés qui peuvent transporter plusieurs types de marchandises pour les secteurs industriel et alimentaire, entre autres. Des chariots élévateurs pour la gestion d’inventaires dans les entrepôts ainsi que des positionneurs et des manipulateurs à intégrer à des productions diverses font partie des équipements portant la marque de Divel.

«Un véhicule automatisé peut transporter des palettes de marchandises, peut transporter un produit sur une ligne d’assemblage comme des chaises. Ça représente 60 à 70 % de notre production. Dès qu’il y a de l’entreposage de produits ou du déplacement de produits, on regarde le projet», continue M. Elliott.

L’automatisation de différentes manœuvres est une option de plus en plus recherchée par les entreprises. Cette voie permet de contourner la pénurie de main-d’œuvre en réservant certaines tâches à des machines pour récupérer le personnel à d’autres fonctions.

Divel mise sur ses équipements standardisés pour conquérir le marché hors Québec. La compagnie est à la recherche de distributeurs dans plusieurs pays, notamment en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Inde, en Afrique du Sud et dans plusieurs pays européens.

L’entreprise fait déjà de bonnes affaires avec l’Ontario et les États-Unis. Les ventes dans ces deux marchés représentent 60 % du chiffre d’affaires global de la compagnie.

Toutes ces bonnes nouvelles sont accueillies avec joie par Robert Lalonde, le préfet de la MRC de Maskinongé. La MRC a fourni des prêts totalisant 50 000 $ dans ce projet.

«Nous sommes choyés d’avoir Divel sur notre territoire. L’entreprise a une bonne réputation d’attraction et de conditions de travail à ses employés.»

Divel prévoit ajouter environ six employés dès le début de 2019. Elle est à la recherche de soudeurs-assembleurs et d’ingénieurs mécaniques et électriques.