La Seigneurie du Triton, située à Lac-Édouard, a connu une bonne saison 2018.

Excellente saison touristique pour les pourvoiries

LA TUQUE — Les pourvoiries du Québec ont connu une excellente saison touristique en 2018 selon les données de la Fédération des pourvoiries du Québec (FPQ) dévoilées récemment. Le constat est le même chez les pourvoyeurs de la Mauricie.

«Il y a 81 % des pourvoyeurs qui ont répondu avoir une bonne saison en 2018 en Mauricie dont 75 % qui affirment avoir eu une hausse par rapport à 2017. Les raisons pour lesquelles on attribue cette hausse sont, en général, la météo, les campagnes promotionnelles, la valeur du dollar canadien et le retour des familles en pourvoirie», a indiqué Valérie Fortin de l’Association des pourvoiries de la Mauricie.

La FQP a récemment sondé ses membres sur la saison 2018. Les résultats sommaires font ressortir que plus de huit pourvoiries sur dix ont augmenté ou maintenu leur achalandage au cours de la dernière saison touristique.

Pour plus de la moitié d’entre elles, la saison de pêche 2018 aura été meilleure qu’à l’été 2017 malgré un printemps tardif.

La Seigneurie du Triton, en Haute-Mauricie, fait partie de ceux pour qui la saison 2018 a été bonne.

«On se maintient au niveau de l’achalandage. Ce que l’on a remarqué, c’est le changement au niveau de la clientèle. On a reçu beaucoup plus de Québécois qu’à la normale en juillet et en août. […] Il y avait autant de gens pour la pêche que pour les activités de plein air, ce qui n’était pas nécessairement le cas avant», a mentionné Annie Tremblay, copropriétaire de la Seigneurie du Triton.

«C’est le virage familial qui se fait sentir et un changement de mentalité au niveau de l’utilisation des pourvoiries. On le note depuis les dernières années, il y a un changement au niveau des habitudes de la clientèle. On se rend compte que oui, évidemment, il faut une qualité de chasse et de pêche, mais l’hébergement et la gastronomie sont rendus des points très importants», a ajouté Nicolas Bernard, copropriétaire.

Rappelons que les conditions printanières tardives du mois de mai dernier ont obligé certaines pourvoiries à reporter leur ouverture de quelques jours, voire jusqu’à deux semaines, en raison des conditions d’accessibilité aux plans d’eau.

Les facteurs qui reviennent le plus souvent pour expliquer les résultats favorables sont les conditions météorologiques exceptionnelles, le service à la clientèle et l’accueil personnalisé ainsi que la valeur du dollar canadien.

Les effets de la canicule ne se sont pas trop fait ressentir. Bien que légèrement plus difficiles à capturer, les prises ont été au rendez-vous pour les adeptes de pêche.

«La pêche a eu de très bons résultats pour nous cet été. On a eu une canicule, mais pas très prononcée. Il a fait beau tout l’été. Il faut dire qu’on accueille moins de pêcheurs l’été que durant la période printanière, où il y a une effervescence du poisson dû à la température d’eau. Donc, pour nous, la pêche était égale aux autres années et les résultats étaient très bons», a noté Nicolas Bernard.

À l’Association des pourvoiries de la Mauricie, on pense également que le travail sur la notoriété des pourvoiries fait son effet.

«On essaie de faire connaître davantage nos pourvoiries, mais pas seulement sur le fait qu’elles sont accessibles pour la chasse et la pêche, mais qu’elles soient aussi accessibles pour le prix, la proximité, la qualité d’infrastructures, la diversité de la clientèle, les activités, l’expérience… », note Valérie Fortin.

Visibilité accrue

Le site internet pourvoiries.com s’est avéré aussi une vitrine très efficace, plus de 120 000 visiteurs ont consulté le portail des pourvoiries du Québec. L’origine des usagers reflète la diversité de la clientèle qui fréquente les pourvoiries, soit Montréal, Québec, Gatineau, Toronto en plus des États-Unis et de la France.

Le programme d’initiation à la pêche «Prêt-à-pêcher» fait partie des éléments les plus consultés sur le site internet. L’espèce la plus convoitée par les visiteurs est le doré jaune.

«Ces résultats viennent appuyer la hausse du nombre de familles qui prennent leurs vacances en pourvoiries. La renommée de la pourvoirie ‘‘familiale’’ est grandissante au Québec», a souligné Vicky Boivin, responsable des communications et du web.

La FPQ représente plus de 320 pourvoiries opérant sur le territoire québécois, des petites et moyennes entreprises spécialisées dans l’offre d’activités de chasse, de pêche et de villégiature en milieu naturel.