L'usine de transformation du porc ATrahan de Yamachiche vivra de grands développements au cours des prochaines années.

Eau potable d'Olymel: Yamachiche veut régler le dossier en 2017

Le projet d'investissement de 80 millions de dollars d'Olymel à sa division de Yamachiche doit se faire d'ici 2019 et la Municipalité de Yamachiche a l'objectif de régler dès 2017 l'alimentation en eau potable nécessaire à sa réalisation.
Yamachiche travaille à concrétiser un projet d'un million de dollars afin d'installer une conduite réservée à l'usine d'ATrahan. Les entreprises de transformation du porc ont besoin d'une grande quantité d'eau pour assurer leur production. Cela a été un facteur déterminant dans la décision d'Olymel d'investir autant d'argent afin de faire de miser sur usine ultra performante.
«Il faut mettre une ligne d'eau de 12 pouces de diamètre sur une distance de 5,7 kilomètres, confirme le maire de Yamachiche, Michel Isabelle. Et comme on parle d'une ligne dédiée, on part de la ligne maîtresse, à Saint-Léon-le-Grand.»
Cette eau proviendra de la Régie d'aqueduc de Grand Pré. Yamachiche est membre de cette régie et a l'assurance que son débit réservé de 500 000 gallons par jour peut grimper jusqu'à 800 000.
«Avant de donner une réponse positive à Olymel, il fallait avoir la certitude auprès de la Régie que cette demande était techniquement possible. Et pour ça, il fallait deux choses: que les nappes fournissent suffisamment et que le transport de cette eau se fasse en ne nuisant pas aux autres membres de la Régie. L'objectif est de faire la ligne d'eau en 2017. On veut la faire le plus vite possible», ajoute le maire de Yamachiche.
Ces travaux d'aménagement vont représenter un certain défi, étant donné que la conduite doit traverser la rivière du Loup. Toutefois, le reste du tracé projeté ne recèle pas beaucoup d'obstacles majeurs, étant donné que la conduite doit passer dans l'emprise d'une route.
La participation financière des partenaires dans ce projet reste à être déterminée. Selon M. Isabelle, il est acquis qu'Olymel absorbera une plus large part de la facture, elle qui devra en plus aménager un réservoir sur les terrains d'ATrahan. Questionné à savoir si Olymel devra assurer la totalité des coûts, M. Isabelle a eu cette réponse.
«On a une équité à respecter pour les contribuables. Et on a aussi un préjugé favorable au projet d'investissements: 80 millions de dollars, ce n'est pas rien. Olymel injecte du dynamisme dans le milieu. Il faut faire la part des choses. Mais les discussions ne sont pas encore engagées», rappelle M. Isabelle, qui aborde positivement les rencontres à venir avec la direction d'Olymel.
Établi en partenariat avec le Groupe Robitaille et ATrahan, le plan d'Olymel est d'agrandir l'usine fondée par la famille Trahan. La superficie passera de 16 500 pieds carrés à 30 000 pieds carrés. L'entreprise veut ainsi permettre à la production de doubler, l'objectif étant d'atteindre 35 000 à 40 000 porcs par semaine.
Les 430 travailleurs de Lucyporc seront rapatriés à l'usine d'ATrahan, où oeuvrent déjà 350 employés. Olymel prévoit créer 350 postes, ce qui fait que cette usine donnera du travail à plus de 1100 personnes.
L'accroissement du volume de production gonflera le niveau du transport par camions dans les environs de l'usine d'ATrahan. Yamachiche prévoit déjà le réaménagement de l'intersection du chemin des Acadiens, où est située l'usine de transformation, et de la route de Saint-Sévère.