Un appareil d'Air Canada chez Premier Aviation.

Deux cents emplois en péril à Trois-Rivières?

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, se dit inquiet de l'impact d'un futur centre d'entretien pour les C Series sur les opérations de Premier Aviation à Trois-Rivières.
«Actuellement, c'est à peu près 200 employés qui sont affectés à l'entretien des avions de type Embraer d'Air Canada. Ce qui se négocie, ce qu'on entend, c'est qu'Air Canada va remplacer Embraer par la C Series d'ici une couple d'années.
À terme, il n'y aura plus d'Embraer qui va être entretenu par Premier Aviation car ce que négocie actuellement le gouvernement, c'est un centre d'entretien pour les C Series», soulève-t-il.
Selon lui, «quand on fait une petite règle de trois, on pourrait perdre la moitié des emplois chez Premier Aviation, dans cinq ou six ans» parce que, dit-il, «ce qu'on entend entre les branches, c'est que le centre d'entretien des C Series s'en irait à Montréal».
Le représentant de la CAQ pose donc la question suivante: «y a-t-il un député de la région de Trois-Rivières qui se soucie des négociations actuelles?».
«Qui parle de la Mauricie? On a déjà 200 jobs ici. Qui va les défendre ces jobs-là? Je demande aux députés libéraux de la Mauricie de se lever et de questionner Dominique Anglade et Philippe Couillard. Vont-ils laisser perdre ces emplois-là?
Ce fut suffisamment dur d'amener ce centre d'aviation-là à Trois-Rivières. C'est une expertise qu'Yves Lévesque a réussi à amener ici. Est-ce qu'on est en train de négocier la fin de ça? On dirait qu'ils n'allument pas», s'interroge M. Martel.
Car, fait-il remarquer, il s'agit de bons emplois.
«On a perdu la centrale, les moulins à papier. Ce serait intéressant que les députés du gouvernement se lèvent debout et qu'ils défendent la région pour une fois», a-t-il conclu.