De gauche à droite: Pierre Deshaies, président de l’OBVRLY, Francis Clément, directeur général de l’OBVRLY, Michel Bournival, dirigeant de la Caisse Desjardins de l’ouest de la Mauricie et conseiller municipal à Saint-Barnabé, Michel Lemay, maire de Saint-Barnabé.
De gauche à droite: Pierre Deshaies, président de l’OBVRLY, Francis Clément, directeur général de l’OBVRLY, Michel Bournival, dirigeant de la Caisse Desjardins de l’ouest de la Mauricie et conseiller municipal à Saint-Barnabé, Michel Lemay, maire de Saint-Barnabé.

Desjardins vend sa bâtisse à Saint-Barnabé

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Saint-Barnabé — Cinq ans après sa mise en vente, la bâtisse de la Caisse Desjardins de l’ouest de la Mauricie à Saint-Barnabé est vendue. C’est l’Organisme de bassins versants des rivières du Loup et des Yamachiche qui devient l’heureux propriétaire moyennant une somme de 59 000 $, soit trois fois moins que le prix initial demandé.

Francis Clément le reconnaît, l’organisme qu’il dirige a vu une opportunité de devenir propriétaire en mettant la main sur cette bâtisse. Le prix de vente en 2015 était de 179 500 $.

«C’est une occasion qui ne passe pas souvent. On est au cœur de notre territoire, la bâtisse est en bon état, ça respecte nos balises en termes d’investissement et on a réussi à s’entendre avec Desjardins sur une entente qui fait l’affaire de tout le monde», déclare le directeur général.

Actuellement locataire d’un espace de 700 pieds carrés à Louiseville, l’organisme va s’installer en septembre dans une bâtisse de 5000 pieds carrés pour un coût semblable à son loyer actuel. Près de 100 000 $ seront nécessaires pour remplacer la toiture et le système de chauffage ainsi que pour remettre la bâtisse au goût du jour.

Entre huit et 10 professionnels gagneront dorénavant leur vie à Saint-Barnabé, un aspect important de la transaction, ajoute M. Clément.

«C’est intéressant dans une approche de vitalité du territoire.»

Marie-Christine Hudon ne fait pas de cachette concernant la chute du prix demandé. Desjardins a dû s’ajuster au fait que sa bâtisse à vendre avait peu de prétendants avant l’OBVRLY.

«On n’a eu aucune offre significative, reconnaît la directrice des communications de la Caisse Desjardins de l’ouest de la Mauricie. Mais on n’aimait pas avoir un bâtiment vide au cœur du village. Et on avait des coûts pour la conserver vide.»

Les dépenses pour couvrir les taxes municipales, les assurances, le chauffage et l’entretien de base variaient de 15 000 $ à 20 000 $ par année, selon Mme Hudon. Le compte au bout de cinq ans représente beaucoup d’argent payé par les membres de Desjardins.

La contribution de Desjardins ne se limite pas à une transaction à très bon prix. L’institution financière pige dans son fonds d’aide au milieu et verse une subvention de 45 000 $ à l’organisme afin de l’aider à transformer les lieux.

«On voit de façon positive des professionnels s’installer à Saint-Barnabé. Et on travaille avec un organisme qui œuvre pour l’environnement. C’est un mariage de valeurs», ajoute Mme Hudon.

La Municipalité de Saint-Barnabé soutiendra l’implantation de cet organisme par différentes mesures, alors que la fabrique Saint-Christophe a accepté de vendre une partie du stationnement situé devant le bâtiment pour permettre la conformité aux normes municipales.

Cette transaction avec l’OBVRLY vient conclure la ronde de vente de bâtisses de la Caisse Desjardins de l’ouest de la Mauricie depuis les dernières années.