La Caisse Desjardins du Centre-de-la-Mauricie a annoncé mardi la fermeture de quatre centres de services.

Desjardins: services fermés dans quatre secteurs

Grandes-Piles — Dès le 7 juin, les centres de services de Desjardins à Grandes-Piles et dans les secteurs shawiniganais de Saint-Jean-des-Piles, de Sainte-Flore et de Saint-Georges disparaîtront.

La Caisse Desjardins du Centre-de-la-Mauricie justifie cette fermeture en raison de la baisse d’achalandage du service au comptoir. Comme partout ailleurs, les administrateurs de cette caisse évaluent les habitudes de consommation de leurs membres. Celles-ci ont bien changé au fil du temps, explique André Héon, directeur général par intérim.

«Les canaux d’accès sont très variés et ça se fait de moins en moins de façon physique. L’achalandage présente des baisses importantes. Chez nous, neuf transactions sur 10 sont faites par nos membres de façon autonome, 7 % des transactions sont faites par guichet automatique et 3 % au comptoir. C’est plus difficile de justifier le maintien du service», raconte M. Héon à propos de cette décision dévoilée mardi soir en assemblée générale.

La fermeture de ces centres de services entraîne la fin des guichets automatiques aux centres de Saint-Georges et de Sainte-Flore.

Selon la direction générale, le centre de services de Saint-Georges compte une centaine d’utilisateurs exclusifs, c’est-à-dire des membres qui utilisent le service au comptoir de ce point de services. Sainte-Flore en compte 40, alors que Saint-Jean-des-Piles et Grandes-Piles ont en 10 et cinq.

«La majorité des membres exclusifs font moins de cinq transactions par trimestre, dit M. Héon. Mais on ne laisse tomber personne. On va les contacter un par un pour élaborer des plans de rechange sur leurs habitudes de consommation. Et pour ceux qui trouvent des défis pour le déplacement, on offre un support avec navette, taxi, dépendamment du besoin du membre. Il y a encore beaucoup d’autres centres de services à proximité des centres visés par les fermetures.»

 Michel Germain

Cette décision de Desjardins a été annoncée mardi matin aux décideurs locaux. Michel Germain, le maire de Grandes-Piles, dénonce cette décision qui laissera, selon lui, des personnes âgées «en otage».

«On est une petite municipalité située à 13 km d’un guichet ou d’un service au comptoir. Ces gens ont peu de mobilité. Et c’est la façon de faire de Desjardins qu’on n’a pas aimée. On nous annonce ça à la dernière minute, sans négociation possible.»

M. Germain estime que si la Municipalité avait été mise au courant un peu plus à l’avance, elle aurait pu envisager certaines options comme la possibilité de doter la localité d’un guichet automatique. De plus, étant donné que la caisse était logée gratuitement dans un local fourni par la Municipalité, Desjardins réalisera des économies de bouts de chandelle, croit-il.

«Les seuls frais, c’est d’avoir un caissier sept heures par semaine. Sept heures, ce n’est pas la fin du monde pour offrir une sécurité. Je sais que les services au comptoir vont en diminuant et que les gens utilisent d’autres services. Mais je pense à une partie de la population qu’on abandonne.»

«Le conseil d’administration a la responsabilité de la gestion du patrimoine de nos 43 500 membres, réplique André Héon. Malgré le fait qu’on ne maintienne pas les services, on accompagne les gens.»

Le maire de Grandes-Piles affirme chercher des solutions de rechange. M. Germain dit explorer certaines possibilités avec d’autres caisses sur le territoire du Centre-de-la-Mauricie et avec d’autres institutions financières.

Cité de Shawinigan fusionne

D’autre part, la Caisse Desjardins de la Cité de Shawinigan va fusionner avec la Caisse Desjardins du Centre-de-la-Mauricie. Quelque 4000 membres s’ajoutent à cet établissement financier.

L’arrivée de la Caisse Desjardins de Notre-Dame-du-Mont-Carmel avait aussi été évoquée il y a quelques mois. Le projet de fusion avec la Caisse Desjardins du Centre-de-la-Mauricie a reçu un appui insuffisant des membres pour qu’il puisse se réaliser.