Les pompiers de Bécancour ont été appelés sur les lieux de l’incendie qui a fait rage dans la fonderie de l’ABI, vers 9 h 15, mercredi.

Des travailleurs de l’ABI de retour dans l’usine... comme pompiers

Bécancour — Après 15 mois de lock-out, trois travailleurs de l’Aluminerie de Bécancour ont pu retourner dans l’usine, mercredi. Mais c’est en uniforme de pompier qu’ils l’ont fait puisqu’ils font partie du Service de sécurité incendie de Bécancour.

«Ils ont été d’une aide précieuse. C’est nos meilleurs. Ils connaissent le terrain comme il faut. Ils ont pu nous guider», souligne Luc Desmarais, directeur du Service de sécurité incendie de Bécancour.

Les pompiers de Bécancour ont été appelés sur les lieux de l’incendie qui a fait rage dans la fonderie de l’ABI, vers 9 h 15, mercredi. «Il y avait beaucoup de fumée à l’intérieur. Il y avait plusieurs petits foyers d’incendie», raconte le capitaine Desmarais.

Les pompiers ont dû utiliser de la poudre chimique pour venir à bout des flammes. Ils les ont combattues toute la journée. Ils ont finalement pu quitter les lieux vers 21 h 15. Quelque trente-cinq pompiers ont pris part à cette opération. Ils ont eu l’assistance de confrères de Trois-Rivières.

La cause de l’incendie n’a pas encore été déterminée, même chose en ce qui concerne l’ampleur des dommages.

Un mur de blocs de béton se serait écroulé à la suite des explosions. Les dégâts ne nuisent pas à la production de l’usine. Personne n’a été blessé.