Des projets découlant de la récente annonce d’un investissement de 100 millions $ dans les usines de papier du Québec de Kruger ont récemment été confiés à la firme d’ingénierie Johnston-Vermette.

Des projets confiés à la firme Johnston-Vermette

Trois-Rivières — Des projets découlant de l’annonce cet automne d’un investissement de 100 millions $ dans les usines de papier du Québec de Kruger ont récemment été confiés à la firme d’ingénierie Johnston-Vermette.

Ces travaux de modernisation concernent directement les deux usines trifluviennes de la multinationale, soit la Wayagamack et celle se trouvant sur le boulevard Gene-H.-Kruger.

Selon un communiqué de presse émis jeudi, la firme indique avoir été sélectionnée en raison de son expérience dans l’industrie, son leadership de compétence, ses pratiques en gestion de projet et sa proximité.

Johnston-Vermette a d’ailleurs récemment mis en place une nouvelle structure d’entreprise qui mise sur la relève, notamment en créant un poste de chef des opérations et en réorganisant les directions d’ingénierie en fonction des disciplines phares de l’entreprise. Cette dernière se spécialise entre autres dans l’électricité de puissance, l’instrumentation, le contrôle et les automatismes et la mécanique.

«Cette restructuration nous permet de proposer un modèle opérationnel plus efficace tout en nous différenciant par l’exclusivité de nos compétences industrielles», déclare Luc Vermette, chef de direction de Johnston-Vermette.

Le nouveau chef des opérations, Alexandre Bélisle, poursuit en affirmant que cette réorganisation favorisera le développement axé sur l’innovation, ce que constituent selon lui les projets de Kruger.

De plus, dans le contexte actuel où la main-d’œuvre est de plus en plus rare, la firme soutient qu’elle sera favorisée par le fait que Trois-Rivières est une ville universitaire et dotée de collèges. Elle pourra donc recruter des ingénieurs et des techniciens voulant relever des défis technologiques industriels.

«Nous offrons un milieu de travail sain et stimulant favorisant l’épanouissement professionnel et personnel, et ce, fortement imprégné par les valeurs de l’entreprise incluant, entre autres, le respect, la rigueur et l’éthique», mentionne le chef de direction de l’entreprise dans le même communiqué.