La fondatrice de La Pause Magique, Marie-Claude Bérubé, en compagnie de ses collègues Isabelle Desbiens et Jacinthe Lemay.
La fondatrice de La Pause Magique, Marie-Claude Bérubé, en compagnie de ses collègues Isabelle Desbiens et Jacinthe Lemay.

Des mélanges santé prêts à cuisiner [VIDÉO]

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — «Mélangez vos ingrédients liquides avec le contenu de nos sacs pour faire apparaître des produits santé comme par magie». Voilà ce que propose depuis trois ans Marie-Claude Bérubé avec son entreprise La Pause Magique, soit des mélanges santé prêts à cuisiner.

«Les gens achètent des sacs et les cuisinent à la maison quand ils sont prêts à le faire. Ça évite la surconsommation ou de jeter des aliments quand on n’est pas prêt. J’offre des muffins, des galettes, des biscuits, des gruaux, des soupes, des pâtes alimentaires toutes prêtes en sauce. Il reste juste de l’eau et du lait à rajouter. Des boules énergie sans cuisson juste avec un peu d’eau et on brasse», explique-t-elle.

À son avis, ce qui la distingue, c’est l’utilisation maximale de produits bio du Québec dans son offre. «Toutes mes farines et mes grains sont biologiques du Québec. La grosse base de chacun des produits est faite d’aliments biologiques», tient à souligner la Latuquoise d’origine.

Outre la vente en ligne, La Pause Magique compte sur 12 points de vente physiques partout au Québec, dont des magasins en vrac et des boutiques santé-bien-être, que ce soit à La Tuque, à Alma ou, encore à Rouyn-Noranda.

La production a beau se faire au sous-sol chez sa mère, le tout se déroule, dit-elle, «dans un environnement MAPAQ». Et quand elle a ouvert son commerce en octobre 2017, Marie-Claude Bérubé était loin de se douter qu’une certaine COVID-19 viendrait un jour propulser ses ventes, à raison de 15 000 dollars par mois.

«J’ai plus que doublé mon chiffre d’affaires à cause de la pandémie parce qu’on répondait à un besoin premièrement d’achat local et parce qu’en offrant la livraison à domicile, les gens magasinent en sécurité», se plaît-elle à faire savoir.

«Même à cause de ça, on a augmenté notre section épicerie. Tout ce qu’on utilise pour faire les produits, on le vend maintenant en individuel, toutes les farines, les flocons, on a augmenté notre offre avec tous les produits en vrac qu’on peut offrir», renchérit l’entrepreneure.

Si elle a décidé de se lancer en affaires, c’était pour «pouvoir léguer quelque chose de plus grand que soi à mes enfants», sans compter la liberté d’action associée au fait de diriger sa propre entreprise.

«Autant je suis workaholic, autant la famille est en premier, c’est vraiment le centre complet de ma vie.», confie-t-elle.

«J’ai démarré cette entreprise-là parce que je crois en la famille, à la santé. Je pense qu’on peut tout mêler ça pour être ensemble, cuisiner ensemble, bien s’alimenter et démocratiser l’alimentation qui est saine. Je suis une autodidacte, j’apprends toute seule dans la vie, à faire de la musique, des arts. Je suis une créative, une artiste autodidacte», ajoute la mère de trois enfants.

D’ailleurs, chaque membre de la famille met la main à la pâte. «Mon amoureux étampe tous les sacs à la main en écoutant sa musique, mon ado s’occupe du ménage, ma mère, de l’expédition, et mes petits, des dégustations», précise celle qui est également reconnaissante envers plusieurs amies.

Malgré le contexte pandémique, La Pause Magique termine donc l’année 2020 en pleine croissance. «On agrandit par en dedans chaque semaine. Je veux tripler encore mon chiffre d’affaires. J’ai beaucoup d’ambition et je suis très fière. Mon objectif, c’est de démocratiser, que ce soit accessible aux plus de gens possible», conclut Marie-Claude Bérubé.

En chiffres

2017: fondation

12: points de vente