Le rassemblement public de Shawinigan dans le cadre de La grande journée des petits entrepreneurs aura lieu le 15 juin au parc Saint-Maurice. Sur la photo: Michel Angers, maire de Shawinigan, Karine Genest, directrice de la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan, Nolan Bussières, jeune entrepreneur, et son père Ian Bussières.

Des jeunes en vedette

Shawinigan — Plus de 40 jeunes entrepreneurs de 5 à 12 ans de la Mauricie et du Centre-du-Québec sont déjà inscrits à la 6e édition de La grande journée des petits entrepreneurs, qui aura lieu le 15 juin prochain à travers la province.

Lors de cette journée, des milliers de jeunes présenteront leurs produits à un kiosque, soit dans un rassemblement public ou encore devant leur résidence afin de vivre une première expérience d’entrepreneuriat. En 2018, plus de 5555 jeunes ont participé à cette journée.

Les produits fabriqués par les petits entrepreneurs varient énormément d’une entreprise à l’autre, allant de pâtisseries à des bijoux et à des sacs écoresponsables.

Un accompagnement particulier à Shawinigan

À Shawinigan, un rassemblement public aura lieu au parc Saint-Maurice lors de La grande journée des petits entrepreneurs. Les apprentis entrepreneurs auront droit à une aide additionnelle d’acteurs économiques de la région afin de les guider dans leur projet d’entreprise.

«On a des entreprises, des entrepreneurs, des membres du développement économique qui vont appeler ces enfants-là pour évaluer leurs besoins, les soutenir, les diriger», explique Karine Genest, directrice de la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan.

Cet accompagnement personnalisé permettra sans doute aux jeunes entrepreneurs de développer des qualités utiles pour le futur. Ian Bussières, de l’entreprise Rum & Code de Shawinigan, a d’ailleurs pu constater les apprentissages faits par son fils lors des deux dernières éditions de La grande journée des petits entrepreneurs.

«Sans connaître les noms officiels, il apprend les concepts de démarrer et opérer une entreprise», indique M. Bussières. «Il comprend l’importance d’avoir un élément différenciateur qui le distingue dans son marché, il apprend à bien présenter son produit, à sortir de sa zone de confort», ajoute-t-il.

Nolan Bussières, 8 ans, a créé son entreprise Croc-santé, qui produit des collations santé sans sel, sans sucre et faible en gras. «J’aime que les gens qui mangent trop de sucre apprennent à être en bonne santé», dit-il.

L’évolution de La grande journée

La grande journée des petits entrepreneurs a été créée en 2014 par Mathieu Ouellet, Isabelle Genest et Catherine Morissette. La première édition a eu lieu dans la région de Québec seulement et a rassemblé environ 300 participants. De nombreux rassemblements publics ont maintenant lieu un peu partout au Québec lors de cette journée.

D’ailleurs, près de 4000 enfants sont déjà inscrits à l’édition 2019, pour laquelle les organisateurs prévoient recevoir 6000 inscriptions.

Dans la région, des rassemblements sont prévus à Trois-Rivières, Shawinigan, La Tuque et Bécancour, pour n’en nommer que quelques-uns.

«Ce qu’on souhaite, c’est qu’on devienne une tradition dans l’esprit du Québec, que le samedi de la fête des Pères, ce soit La grande journée des petits entrepreneurs», indique Catherine Morissette, cofondatrice et directrice générale de l’organisme Les Petits Entrepreneurs, qui organise La grande journée des petits entrepreneurs.

Devenir une référence pour les jeunes

Mme Morissette explique que l’organisme souhaite devenir une référence quant à l’initiation à l’entrepreneuriat chez les jeunes. «On veut être à l’entrepreneuriat ce que les ligues majeures sont au sport», illustre-t-elle. «Un jeune joueur qui fait la Ligue nationale de hockey, il ne commence pas à patiner à 18 ans», ajoute-t-elle.

Sans toutefois pousser les participants à La grande journée des petits entrepreneurs vers l’entrepreneuriat, Mme Morissette considère qu’il est important que les jeunes gagnent de l’expérience dans ce domaine. «L’enfant va avoir un coup de foudre professionnel, ou pas, puis il va grandir en sachant que l’entrepreneuriat c’est une option qui existe en termes de vie professionnelle», explique-t-elle.

L’organisme souhaite également redorer l’image de l’entrepreneuriat en démontrant ses multiples facettes. «C’est le travailleur autonome qui est chez lui, qui fait son horaire, qui a une belle qualité de vie, et c’est autant le propriétaire d’une multinationale qui veut conquérir le monde», dit-elle.

Il est possible de repérer les entreprises qui seront présentées lors de La grande journée des petits entrepreneurs ou encore de s’inscrire au www.petitsentrepreneurs.ca.