Les hôtels ont la cote cet été dans la région avec un achalandage record pour plusieurs d'entre eux.

Des hôtels sous l'effet Stone

Même si le monde est Stone cet été à l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières, l'achalandage est loin d'être gelé dans les hôtels de la région. Au contraire, plusieurs établissements des deux rives connaissent une saison record grâce, entre autres, à l'effet du Cirque du Soleil et ce, avant même la contribution annuelle du Grand Prix qui prend son envol.
«Depuis la première, on a dû refuser beaucoup de clientèle, et on affiche complet pour plusieurs dates, surtout du mercredi au samedi. On travaille avec nos partenaires hôteliers et on réfère au bureau d'information touristique parce qu'on ne peut pas recevoir toutes les demandes actuelles», rapporte la directrice, ventes et marketing, à l'hôtel Delta par Marriott Centre des congrès, Manon Frenette.
Selon elle, les résultats sont supérieurs aux dernières années. «On a des belles retombées depuis le début du Festivoix», souligne celle dont l'hôtel est en pleine transformation avec l'ajout de 65 chambres d'ici l'automne 2018.
À Bécancour, l'Auberge Godefroy vient de connaître son meilleur mois de juillet depuis son ouverture en 1990. «C'est une hausse de 10 % comparativement à l'année passée. C'est phénoménal et énorme. Juillet bat des records d'achalandage incroyables», a confié la vice-présidente, ventes et marketing, Marie-Ève Boisclair.
Cette copropriétaire attribue en partie ce succès au Cirque du Soleil. «Habituellement, on dirait que les gens attendent que les critiques sortent avant de réserver alors que cette année, les réservations ont commencé plus tôt. C'est sûr qu'il y a toutes sortes d'activités, mais le Cirque du Soleil est l'un des attraits majeurs dans la région. Ça vient jouer pour beaucoup», renchérit celle qui se réjouit de l'offre touristique régionale.
Pour sa part, le directeur du marketing pour les hôtels Marineau, Donald Desrochers, ne cache pas que l'effet Stone se fait sentir jusqu'à Shawinigan, même s'il attribue davantage «son meilleur mois de juillet à vie» à la dernière année de Dragao et la proximité d'un parc national de la Mauricie gratuit. 
«Nos quatre hôtels sont en hausse. Mais à Shawinigan, c'est une explosion littéralement. C'est vraiment une très belle année avec une hausse de 15 % du taux d'occupation. On est dans les 90 % pour les 29 premiers jours de juillet», se plaît-il à annoncer.
Au centre-ville trifluvien, la direction de l'Hôtel Oui Go! dit connaître aussi un taux d'occupation «beaucoup plus haut» que l'année passée. «Ça va super bien, on est plein chaque soir du Cirque du Soleil», indique le copropriétaire, Alex Hum. Et du côté de l'Hôtel Gouverneur de Trois-Rivières, les affaires vont «très bien», selon une superviseure à l'hébergement, Marylou Clermont, après un mois de juin plus difficile.
À l'Hôtel Montfort de Nicolet, les objectifs de juin ont été dépassés tandis qu'en juillet, «on est en forte augmentation», souligne la nouvelle directrice générale, Francine Bouffard.
«Ça ne fait pas si longtemps qu'on est ouvert, seulement cinq ans, mais de plus en plus, on prend notre place dans le parc hôtelier québécois et régional. Tout le monde est content. On sait que le Québec a une effervescence cette année, c'est partout dans la province, le 375e à Montréal, les Grands Voiliers à Québec, ce qui a gardé du monde dans la région en plus d'en amener d'ailleurs qui ont décidé de venir prendre leurs vacances au Québec», fait-elle remarquer.
Celle-ci admet «qu'il n'est pas naturel de chercher un hôtel à Nicolet», d'où cette omniprésence sur les réseaux sociaux, à la télévision, partout, pour atteindre la clientèle.
«Il faut se situer, se placer sous les yeux des gens, s'imposer, afin qu'ils nous trouvent, nous voient, entendent parler de nous. C'est comme ça qu'on y est arrivé cette année. On parle d'une vingtaine de pour cent d'augmentation de l'achalandage par rapport à 2016. On est content de nos résultats et le mois d'août s'annonce tout aussi bien et tout aussi beau», ajoute Mme Bouffard.
À son avis, l'établissement récolte les fruits du spa urbain qui fut implanté l'an dernier. «On a des beaux services, on est un site complet, avec les activités nautiques, la terrasse sur le toit, les chansonniers. S'il nous reste une dizaine de chambres à vendre le matin, on peut très bien finir complet le soir», poursuit-elle.
Et dès le mois de mars 2018, la région accueillera un nouvel hôtel, le Holiday Inn Express & Suites Trois-Rivières. «Le chantier se déroule très bien. Nous avons terminé la toiture avant les vacances tel que prévu. Le bâtiment est au sec. Nous entamons dans les prochains mois la plomberie et l'électricité et, dès le début de l'hiver, la finition intérieure pour recevoir les meubles et appareils en début d'année. Nous prévoyons l'ouverture de l'hôtel toujours pour la même date», a conclu la présidente des Hotels M inc., Nellie Robin.