Des emplois en jeu chez Silicium Québec

TROIS-RIVIÈRES — La fermeture temporaire de deux des trois fours de l’usine Silicium Québec à Bécancour entraînera des dizaines de mises à pied.

Après avoir été informés au début du mois qu’un premier four allait être fermé pour une période indéterminée, les employés ont appris la semaine dernière qu’un second allait subir le même sort. Alors que la première fermeture ne devait pas entraîner de coupes dans les effectifs – la direction avait l’intention d’offrir de la formation à une vingtaine d’employés pendant la durée de l’interruption de production – voilà que ce scénario semble inévitable cette fois.

Le syndicat Unifor, qui représente les 175 employés de l’usine, est inquiet pour la suite des choses, d’autant plus que l’employeur n’a pas encore indiqué jusqu’à quand il se contentera de la production d’un seul four et combien d’employés écoperont. De plus, il ne sait pas non plus si le scénario selon lequel des travailleurs allaient suivre de la formation, grâce à un partenariat avec Emploi Québec, était toujours d’actualité.

«Nous ne savons rien. Nous sommes dans le néant. L’employeur devrait être fixé d’ici à la fin de la semaine», indique, Luc Deschênes, représentant national pour Unifor.

Selon toute vraisemblance, cette décision est attribuable à une baisse de la demande pour le produit qui sort de l’usine implantée dans le Parc industriel et portuaire de Bécancour. D’autres usines produisant du silicium, notamment aux États-Unis, ont également dû procéder à des réductions de personnel au cours des dernières semaines.

Même s’il attend toujours une confirmation de l’employeur sur ce point, M. Deschênes est en mesure d’avancer qu’un nombre substantiel d’emplois seront touchés.

«On avait annoncé entre 25 et 30 emplois pour un seul four alors c’est sûr que ça va être plus», poursuit-il, avant d’ajouter qu’il espère que la direction de l’usine pourra également présenter un scénario relativement à la durée des mises à pied.