La microbrasserie Ô quai des brasseurs de Bécancour demeurera fermée les lundis, mais pourra finalement ouvrir les mardis midi.
La microbrasserie Ô quai des brasseurs de Bécancour demeurera fermée les lundis, mais pourra finalement ouvrir les mardis midi.

De la main-d’œuvre en renfort à la microbrasserie Ô quai des brasseurs

BÉCANCOUR — Récemment forcée de revoir ses heures d’ouverture en raison d’un manque de personnel, voilà que la microbrasserie Ô quai des brasseurs de Bécancour a reçu des demandes de quelques cuisiniers désireux d’y travailler, lui permettant ainsi de reprendre du service lors d’une partie des périodes de fermeture qu’elle avait déterminées.

Ainsi, l’entreprise, qui avait décidé la semaine dernière de cesser ses activités toute la journée le lundi ainsi que les mardis midi, sera de nouveau active lors des dîners du mardi. Ce plus récent changement sera effectif à partir de la semaine prochaine, précisément le 4 août. Le directeur général de l’endroit, Michel Lacroix, a également admis qu’il ne ferme pas la porte à une éventuelle réouverture les lundis, selon les résultats des périodes d’essai des nouveaux cuisiniers, au cours des prochains jours, voire des prochaines semaines.

«Au départ, on avait pris la décision de fermer les lundis et de reprendre les repas à 16 heures les mardis, mais la publication de cette nouvelle dans les médias a semblé avoir très bon effet. Quelques noms de cuisiniers nous ont été référés et c’est pourquoi nous avons pu revenir sur notre décision et uniquement fermer les lundis pour l’instant», a-t-il indiqué.

Il est à noter que le menu de la microbrasserie devrait demeurer restreint pour le moment, et ce, malgré la reprise partielle des activités de l’endroit.

Les nouveaux cuisiniers de l’endroit seront mis à l’essai au cours des prochaines semaines. Par la suite, une décision sera prise quant à l’horaire définitif de la microbrasserie pour la fin de la saison estivale.

Toutes les pistes de solutions envisagées

Avant de prendre la décision de restreindre ses heures d’ouverture et son menu, le directeur général de la microbrasserie Ô quai des brasseurs avait exploré chacune des pistes de solution dans l’objectif de pallier cette problématique. Il s’agissait donc d’un dernier recours.

«Nous étions inscrits à un programme visant à recruter des travailleurs immigrants pour nous aider. Or, avec tout ce qui se passe en ce moment aux frontières, nous avons dû mettre ça de côté. Par la suite, nous avons développé un menu restreint, espérant régler notre problème, mais ce n’était pas assez. Comme nous servons des repas en tout temps, nous avons beaucoup de pain sur la planche à toute heure de la journée», a expliqué Michel Lacroix avant de souligner son soulagement de pouvoir être ouvert à 95 % à partir de la semaine prochaine.

«Un heureux problème»

L’homme d’affaires assure d’ailleurs qu’il y a bien pire comme épreuve à surmonter en tant qu’entrepreneur. Ce problème se présentant uniquement parce que le restaurant attire un grand nombre de clients, ça ne peut qu’être positif pour la pérennité de cette microbrasserie bécancouroise.

«Le restaurant est plein, ce qui représente un heureux problème! La seule chose, c’est que je dois conjuguer trois valeurs importantes qui revêtent la même importance au sein de l’établissement, soit la satisfaction de mes clients, la rentabilité de mon commerce ainsi que la santé morale et physique de mon personnel», a mentionné le directeur général.

Par ailleurs, celui-ci a assuré que son entreprise se porte relativement bien malgré les derniers mois, qui ont été difficiles pour nombre de commerçants de la région. Ô quai des brasseurs enregistrerait effectivement un chiffre d’affaires comparable à celui de 2018, ce qui représente une baisse de 15 à 18 % par rapport à l’an dernier, alors que la saison avait été exceptionnelle pour cette microbrasserie.

«Nous recevons beaucoup de gens qui semblent tous conscients des dangers de la COVID-19. La très forte majorité d’entre eux se présentent avec leurs masques et font preuve d’une grande collaboration. De plus, on se concentre beaucoup sur la production de nos bières, qui sont très en demande au sein de nos détaillants», a conclu Michel Lacroix.