Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Coupecous Bar à couscous: manger sur le pouce des mets marocains [VIDÉO]

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Un couscous sur le pouce qui répond au goût de chacun tout en offrant des protéines, lipides, glucides et vitamines en un seul plat équilibré et savoureux : voilà ce que propose Amal Elbab dans son commerce situé au 820, boulevard des Récollets, à Trois-Rivières.

Ouvert depuis novembre 2019, Coupecous Bar à couscous se veut «un fastfood santé, de partage, de découverte et d’ouverture à travers la nourriture».

«Ma mission est d’offrir un lieu permettant de manger des mets santé à des prix abordables. Les quelques places assises offertes ainsi que le design au cadre chaleureux de l’endroit font de mon restaurant un choix incontestable pour les clients», décrit sa fondatrice.

«À travers le bar à couscous, vous pourrez déguster certaines saveurs d’ailleurs, dignes des plats de grands chefs de la gastronomie marocaine, et ainsi vous transporter au cœur de Marrakech tout en restant au Québec», renchérit-elle.

La femme d’origine marocaine rêvait depuis longtemps d’avoir son restaurant. Les bons commentaires reçus lors de l’inauguration du commerce d’une amie, où elle y avait servi du couscous, l’auront encouragée à se lancer dans l’aventure.

«Le bar à couscous, ça fonctionne bien en France. L’idée est d’offrir aux clients des mets fraîchement préparés avec des légumes frais du jour. Le délai de service est calculé de façon que chaque client reçoive son repas dans un temps maximum de trois minutes. Les ingrédients sont préparés à l’avance et conservés dans une table chaude ou froide. Il ne reste au client qu’à faire son choix sur la composition de son plat», explique Amal Elbab.

Dès le début, dit-elle, «on avait notre principe take-out» en raison, entre autres, de la proximité du Cégep de Trois-Rivières et de l’UQTR. Un concept qui l’aura bien servie avec l’arrivée de la pandémie, après seulement quelques mois de rodage. «Les gens qui nous avaient connus au début ont continué à appeler pour emporter», souligne-t-elle.

Son offre est la suivante : des recettes issues d’une synthèse d’échanges et d’expériences culinaires internationales, variées et approuvées. Des recettes transmises de mères en filles qui choisissent avec soin de concocter un repas santé fait à la semoule avec des légumes frais, des épices bien précises et une variété de viande selon les préférences.

«Avec la situation actuelle, un besoin de voyage culinaire motive les clients vers notre restaurant, qui est un point de rencontre et de partage de culture à travers des mets», fait valoir l’entrepreneure.

Selon elle, Coupecous Bar à couscous arrive à point alors que de plus en plus de gens veulent changer leurs habitudes de vie en mangeant santé. «Et la population du Québec développe de plus en plus l’intérêt d’essayer de nouveaux mets et de s’ouvrir sur d’autres cultures», observe celle qui donne l’exemple des sushis.

Au fil du temps, «il y a du monde qui m’a demandé d’acheter des choses du Maroc».

«J’ai commencé à apporter des affaires, des choses que j’utilise dans ma nourriture. Et les gens veulent mes épices», raconte celle qui développe petit à petit une section boutique.

La propriétaire ne cache pas que plusieurs l’ont avertie de ne pas prendre le risque de se lancer dans la restauration, et ce, même avant la pandémie.

«Sauf que j’avais tellement confiance que ce nouveau concept allait être apprécié et que je parviendrais à avoir des clients qui reviennent chaque semaine, ce dont je suis fière», a-t-elle conclu.

***

Coupecous en chiffres

2019: fondation

1: propriétaire

4: employés